Cameroun : une plateforme de réseautage B2B sur l’Afrique

  • 23 avril 2017
  • 1
  • 97 Vues

(CIO Mag) – La principale mission de Bmeet est de faciliter et d’accélérer les échanges entre les entreprises basées en Afrique et celles situées en Europe, grâce à un algorithme innovant de notation des entreprises qui prend en compte des critères précis pour définir la crédibilité des entreprises en temps réel. Tout commence en juin 2014, lorsque trois élèves ingénieurs camerounais passionnés par une vie entrepreneuriat sont appelés à apporter leur aide dans l’élaboration d’un nouveau produit d’huile piquante développé par le parent de l’un d’eux. Il s’agit notamment d’Harry Wilfried Youmbi, le CEO, Jean Philippe Veigne le COO, et maxime Kuitche le CTO de l’équipe. C’est ainsi qu’ils vont s’exercer à rechercher des fournisseurs de piment, d’huile à des prix compétitifs, de bouteilles pour le packaging, et des infographes. Après plusieurs tentatives infructueuses, les trois compagnons s’engagent avec certains partenaires. Ce qui va aboutir à la marque « thisispèpè ».

Ils vont ainsi réaliser la difficulté pour une personne venant de l’extérieur de trouver rapidement des partenaires d’affaires fiables sur le continent. Un constat qui sera confirmé par la suite par une étude de terrain. D’où la volonté de faciliter ce processus, et de permettre à toute entreprise aussi bien locale qu’étrangère de trouver rapidement des partenaires fiables. C’est ainsi que va n’être le concept qui deviendra en fin octobre 2014 Bmeet (en abréviation Business Meeting). Il s’agit réseau professionnel d’entreprises qui a pour mission de donner plus de visibilité aux entreprises africaines crédibles, de faciliter et d’accélérer les échanges entre elles. A la  fin de leurs études, les trois ingénieurs renforcent leur équipe et commencent la conception d’un premier prototype. En septembre 2016, le projet Bmeet remporte la deuxième place lors de la startup Weekend de Tours en France.

Le prix mis en compétition par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), est sérieusement convoité par ces trois jeunes camerounais, qui sont déterminés à décrocher l’un des trois prix mis en compétions : 10 000 euros pour le premier, 6 000 pour le deuxième et 4 000 pour le troisième. Pour y arriver, il faut collectionner au moins 3 000 euro  à l’issue de la campagne de crowdfounding lancée en mars dernier sur la plateforme Finance-ensemble.org. Pour apporter plus de tonus à sa campagne,  l’équipe se propose de reverser 5% du montant récolté à partir de 50 euros à l’association Ocos (One Child One Smile), une association engagée dans la scolarisation des enfants orphelins au Cameroun. A partir de 100 euros récoltés par la start-up, c’est 10% qui seront reversés à l’association. Une stratégie qui s’avère payante puisque le projet de Bmeet a déjà recueilli 1485 euro sur Finance-ensemble.org. C’est 49% des fonds recherchés à jour J-18 de la fin de cette campagne.

Grâce au financement participatif en cours, Bmeet vise trois objectifs. A savoir accélérer le développement de sa plateforme, financer le début de la phase de test sur le terrain, ce qui comprend le déplacement au Cameroun des membres de l’équipe, et la protection juridique de ses patients. La vision à long terme est de devenir la Market Place B2B de référence en Afrique.

Jean-Claude NOUBISSIE

1 comments on “Cameroun : une plateforme de réseautage B2B sur l’Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *