Cameroun/ART : Philémon Zo’o Zame appelé à protéger les consommateurs

Philémon Zoo Zame

(CIO Mag) – C’est la principale recommandation faite au nouveau directeur général de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART) par e ministre des Postes et des Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, lors de l’installation de Philémon Zo’o Zame (photo), nouveau patron de la régulation au Cameroun en remplacement de Jean Louis Beh Mengue.

Le ministre a parlé sans détours, sans autres formes de procès : « Si la promotion à un poste de responsabilité représente un motif légitime de satisfaction, il n’en demeure pas moins qu’elle fait appel à de nouveaux défis ; un bon régulateur applique la réglementation en vigueur sans état d’âme. Il est un acteur fort garantissant l’égalité de traitement et l’équité envers tous les opérateurs de réseaux, ainsi que les droits des utilisateurs finaux qui s’avèrent être le maillon faible de la chaine. » Il est donc clair qu’un signal fort est envoyé au nouveau patron de la régulation des télécommunications. Il devra en sa qualité de censeur de la qualité des services électroniques, éviter les écueils posés par les opérateurs du secteur, et un trop grand copinage qui desservirait le consommateur lambda.

Parmi les chantiers du nouveau directeur général de l’ART figure en priorité « l’acquisition d’un équipement adéquat de contrôle de la qualité du service téléphonique et internet servi par les opérateurs aux consommateurs camerounais », comme l’a relevé la ministre des Postes et Télécommunications.

Soulignons que les derniers chiffres officiels sur les télécommunications au Cameroun révèlent un secteur en croissance. Le chiffre d’affaires de 535,1 milliards de Fcfa en 2015 était en augmentation de 4,4% par rapport à 2014. Le nombre total d’abonnés à la téléphonie mobile évalué à 17 672 653 à la même date, était lui aussi en progression de 5,1%. Avec des prévisions qui chiffraient à plus de 20 millions le nombre d’abonnés en 2016, sur ce marché animés par quatre opérateurs: Orange, Camtel, MTN et Nexttel. Côté infrastructures, le déploiement de la fibre optique se poursuit ainsi que d’autres équipements nécessaires à l’amélioration de l’offre de services. Sur le plan technologique aussi, le passage de la 2G à la 3/4G.Cerise sur le gâteau, la promotion de l’économie numérique, nouveau centre d’intérêt. « L’assainissement et la bonne régulation du secteur constituent effectivement le défi majeur à relever pour permettre au gouvernement d’atteindre ses objectifs de développement de l’économie numérique », confiait récemment Minette Libom Li Likeng à l’inauguration du DataCenter de Orange Cameroun à Douala.

Le moins que l’on puisse dire est que c’est sur ce marché des télécommunications presque bouillonnant que le régulateur doit  agir. Conformément à ses missions, pour veiller au respect des textes législatifs et réglementaires en matière de télécommunications et de TIC. Garantir une concurrence saine et loyale ; sanctionner les manquements des opérateurs à leurs obligations ainsi  que les pratiques anticoncurrentielles ; et surtout garantir la protection des consommateurs. Leurs plaintes sont d’ailleurs légion. Les principales étant les tarifs élevés (appels et internet) et la qualité du réseau jugée approximative. Et c’est là qu’ils attendent certainement Philémon Zo’o Zame, le nouveau Boss de l’ART qui est un acteur de développement hautement compétitif, avec des capacités éprouvées pour relever des défis.

Tel que mentionné dans son CV, l’ancien secrétaire général du ministère des Travaux publics est âgé de 55 ans et totalise 25 années d’exercice professionnel. Un quart de siècle passé entre autres sur le terrain. Les six premières années ont été consacrées aux activités opérationnelles de réalisation des infrastructures dans des entreprises privées. Le gros de sa carrière professionnelle (16 ans), Zo’o Zame l’a passé à la conception des instruments stratégiques et à la haute administration aux réformes structurelles, à la programmation, au management, au pilotage, entre autres. Nommé en 1999 comme attaché au secrétariat général de la présidence de la République, division des affaires économiques (responsable secteur des infrastructures) il y passera un bref séjour. Le nouveau DG de l’ART a suivi un cycle d’ingénieur à l’école nationale Polytechnique d’Alger, d’où il sortira ingénieur d’État des mines. Il obtiendra par la suite à l’École nationale Polytechnique de Yaoundé, un Diplômé d’études approfondies dans la spécialité Génie énergétique avant de suivre un cycle de doctorat à l’Université de Yaoundé en géologie appliquée.

En tout cas, opérateurs comme abonnés vont désormais s’habituer à Philémon Zo’O Zame, nouveau directeur général de l’ART.

Jean-Claude NOUBISSIE Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here