Informatique : Kandia Camara inaugure la première Ecole SIMPLON Côte d’Ivoire

0
699

(CIO Mag) – La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Kamissoko Camara (au centre de la photo), a inauguré, le jeudi 6 décembre 2018 à Abidjan, la première école de code informatique inclusive de Côte d’Ivoire, lancée par l’Ambassade de France en partenariat avec l’entreprise sociale française Simplon.co.

Abritée dans les locaux de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) à l’Université  Félix-Houphouët-Boigny, la « Fabrique inclusive du numérique » de Simplon offrira à la première promotion de 24 jeunes ivoiriens (dont 40% de filles) une formation de sept mois, dont un mois de stage, au métier de développeur Web et Mobile.

Le numérique facteur d’employabilité des jeunes

Conformément à son Plan Numérique et Développement et à la « Stratégie internationale de la France pour le numérique », ce projet vise à améliorer l’employabilité des jeunes, et notamment des femmes, par le développement de compétences dans les domaines du numérique et de l’intelligence artificielle.

« Notre monde a changé, notre jeunesse a besoin de formations innovantes et modernes pour surmonter les difficultés d’accès à l’emploi. Il faut développer de nouvelles compétences pour améliorer l’employabilité des jeunes », a déclaré la ministre Kandia Camara. Ajoutant que « l’école de code informatique est un projet utile qui vient comme une réponse concrète d’autant plus qu’elle bénéficie de l’expertise d’une entreprise solidaire de grand talent, à savoir Simplon ».

A la première promotion de l’école Simplon Côte d’Ivoire, la ministre a demandé de saisir cette opportunité pour apprendre et s’ouvrir de nouveaux horizons. « Qu’ils saisissent cette chance et en tirent le plus grand profit », a-t-elle dit.

La salle de l’AUF qui va abriter la première école de Simplon en Côte d’Ivoire.

Pour sa part, Gilles Huberson, ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, a déclaré aux apprenants qu’ils passeront un diplôme français ou qui aura un équivalent en France. Il a aussi affirmé que l’ambition de la France, dans le cadre d’un hub pour l’éducation, est d’améliorer l’employabilité des jeunes en offrant ce genre de formation. Aussi s’est-il félicité de l’implication de l’entreprise solidaire Simplon, engagée dans la diffusion du numérique auprès des jeunes, et du partenariat avec la SGBCI, Société générale de Banque de Côte d’Ivoire.

« Le numérique est incontournable, il a constamment transformé nos modes de vie, et c’est avec un réel plaisir que nous constatons que les jeunes s’y adonnent », s’est réjoui Coffi Serge, conseiller technique du ministre de la Poste et de l’Economie numérique.

D’après le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH-2014), il existe en Côte d’Ivoire huit millions de jeunes, dont trois millions en situation de ni emploi ni chômage, mais qui se retrouvent dans les emplois informels improductifs, exposés de plus à la précarité. Valoriser le capital humain dans un tel contexte est à encourager. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre Karitia De Médéiros, directrice de cabinet adjointe du ministère de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes.

Pour elle, l’offre de formation de Simplon, en marge des formations délivrées par l’Ecole supérieure africaine des TIC, répond aux besoins actuels en termes d’employabilité.

« La formation œuvre en faveur de l’insertion professionnelle. Le partenariat avec Simplon a déjà porté des fruits en France et au Sénégal », a déclaré Aymeric Villebrun, directeur général de la SGBCI, qui soutient ce projet dans le but de favoriser l’entrée des jeunes dans le monde professionnel.

Même son de cloche avec François Durollet, directeur général de Simplon, qui parle de la Fabrique inclusive du numérique comme un facteur d’inclusion professionnelle. « Dans cette promotion, vous avez 40% de filles. C’est un beau signe pour le code, pour l’Afrique et pour nous tous », a-t-il dit.

Pour Valerie Leroy, directrice générale de l’AUF, les formations de Simplon.co sont « à forte valeur ajoutée susceptibles d’impacter le taux d’employabilité dans les domaines socio-économiques ».

Soulignons que l’ouverture de l’école de code informatique inclusive de Côte d’Ivoire intervient après celle de Dakar. Bientôt, une deuxième école de fabrique numérique sera ouverte à Abidjan en partenariat avec l’entreprise de téléphonie mobile MTN, a annoncé le directeur de Simplon.co Afrique, Bouna Kane.

Simplon Côte d’ivoire est dirigée par la jeune Raïssa Armelle Banhoro, lauréate de la deuxième édition du Prix RFI Challenge Afrique pour son application Lucie dédiée à l’alphabétisation.

Anselme AKEKO, Abidjan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here