Côte d’Ivoire : en difficultés, la TNT se rabat sur la redevance RTI

Lancement des travaux de la TNT, le 8 août 2018, au centre émetteur de la RTI à Abidjan par le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré. (Photo: Gouv.ci)

La Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) ne percevra plus la totalité de la redevance télé. En difficultés, la Société ivoirienne de télédiffusion (IDT) chargée de diffuser les chaînes publiques et privées de la Télévision numérique terrestre (TNT), bénéficiera, à compter de cette année, d’une partie du produit de cette ressource.

(Cio Mag) – A partir de cette année, la société IDT jouira d’une quote-part du produit de la redevance télé acquittée depuis 1994 au profit de la RTI. Cette disposition prévue dans la Loi de finances 2021 précise que la clé de répartition du produit de cette redevance sera déterminée par arrêté conjoint du ministre en charge du Budget et de son homologue de la Communication et des Médias.

Il y a 3 ans que la IDT a été créée par le gouvernement ivoirien dans le cadre de sa politique de promotion de la TNT. Assurer la diffusion des programmes radiophoniques et télévisuels sur le territoire national est sa mission principale. A cela, s’ajoutent nombres de missions antérieurement dévolues à la RTI. Pour accomplir ses devoirs, l’Ivoirienne de télédiffusion puise dans ses ressources constituées en partie par le produit des prestations provenant principalement des droits de diffusion payés par les chaînes éditrices de la TNT.

Lire » Côte d’Ivoire – TNT : voici les chaînes TV retenues pour la libéralisation de l’espace audiovisuel

Toutefois, révèle l’Annexe fiscale 2021, la société IDT est privée de ces ressources en raison des difficultés connues par les éditeurs de programmes dans le démarrage de leurs activités.

Avec une audience quotidienne comprise entre 80 et 90 %, la population ivoirienne est globalement friande de télévision. Mais une enquête réalisée en septembre 2020 à Abidjan par l’entreprise française Médiamétrie montre que cet engouement cache des disparités. Elle révèle par exemple que les chaînes privées ivoiriennes de la TNT (NCI, A+ Ivoire et Life Tv) cumulaient 15,7 % des parts d’audience à cette période, avant de perdre du terrain un mois plus tard à moins de 9 %, tandis que les chaînes de service public (RTI1, RTI2 et La3) se maintenaient au-dessus des 15 %. Fortes d’une notoriété significative, les chaînes venant de l’étranger via des offres satellitaires battent le pavé avec plus de 70 % de l’audimat.

En proposant de répartir le produit de la redevance télé entre la RTI et la IDT, l’Etat vole une fois de plus au secours de la TNT. En 2017, après abandon du schéma initial du partenariat public-privé (PPP), l’Exécutif a consenti un investissement direct de 25 milliards de francs CFA et une exonération des droits de douane et de la TVA sur les équipements nécessaires à la réception du signal.

Lire » Migration vers la TNT en Côte d’Ivoire : l’Etat va se charger de financer le processus

En Côte d’Ivoire, la redevance télé est une taxe spéciale dont le tarif est fixé selon l’abonnement souscrit auprès de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE). Cette manne, qui s’élèverait à 12 milliards de francs CFA environ, complète les subventions annuelles octroyées par l’Etat pour le fonctionnement de la RTI.

Désormais, deux titres de règlements seront joints à la déclaration fiscale concernant cette redevance. L’un, libellé à l’ordre du « Fonds de Redevance RTI », et l’autre à l’ordre du compte « Redevance fonctionnement IDT » ouverts dans les livres de la Banque du Trésor.

Anselme AKEKO, Abidjan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here