Côte d’Ivoire : le marché de la cybercriminalité en baisse

0
483

(CIO Mag) – A l’instar de Sanogo Asta et Samaké Daouda, deux caissiers d’une agence de transfert de fonds appréhendés pour détournement de transfert, ou Kéhi Elysé Joël, arrêté pour chantage et escroquerie sur internet, ce sont au total 168 cyber escrocs qui sont tombés dans les filets de la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité au cours de l’année 2017.

Parmi eux, 138 individus ont été présentés au Parquet et emprisonnés, rapporte l’Agence ivoirienne de presse citant Mamadou Fofana, le responsable de la PLCC qui a dressé le bilan de l’année 2017 lors de la journée scientifique et technique de la 4e édition du Salon international de l’Originalité d’Abidjan, dénommé ‘’Origigi’’.

Profitant de cette tribune, M. Fofana a révélé que la DITT, Direction de l’informatique et des traces technologiques dont dépend la PLCC, a enregistré au total 2 408 plaintes pour différents types d’infractions.

Fraude sur porte-monnaie électronique, usurpation d’identité, escroquerie sur Internet, atteinte à l’image, accès frauduleux à un système informatique, enregistrement illégal de communication privée, sont autant d’infractions qui ont été traitées par la PLCC.

Le tout, pour un préjudice financier de 3 milliards FCFA, en baisse par rapport à 2015 où le préjudice total (consommé + tenté) était estimé à 3,9 milliards FCFA, lequel avait également connu une baisse de 23,2%, comparé au préjudice de 2014 qui était, lui, évalué à 5,1 milliards de nos francs (Cf. rapport annuel 2015).

Pour rappel, la PLCC lutte contre toute infraction liée aux technologies et au cyberespace, à travers ses services d’enquêtes, de Coopération policière, et de communication et statistiques.

Anselme AKEKO, Abidjan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here