Côte d’Ivoire : les petits opérateurs mobiles vont-ils fusionner ?

La multiplication des opérateurs mobiles sur le marché ivoirien des télécoms, après six années d’ultra-libéralisation (2006-2012), va-t-elle déboucher sur un oligopole privé avec seulement quatre groupes géants ? C’est le scénario qui est passe de se réaliser après le souhait du ministre de la Poste et des TICs, Bruno Nabagné Koné, qui vient de demander aux trois petits opérateurs de téléphonie mobile que sont Comium-CI, Green Network et Café Mobile de fusionner. Après la déclaration du ministre, ces sociétés font grise mine. Pourtant, le ministre estime qu’en se regroupant, les petits opérateurs pourront former un groupe télécom plus fort et devenir ainsi le 4ème et dernier opérateur du pays. Pour éviter ce scénario, Comium-CI, Green Network et Café Mobile doivent pénétrer le marché en vue d’acquérir et fidéliser de nouveaux clients ou démontrer, dès aujourd’hui, leur capacité à attirer les abonnés de leurs concurrents. Choses qu’elles n’ont pas réussi à faire, se partageant ainsi à la portion congrue des bénéfices générés par ce secteur, avec 5,82% du marché, très loin derrière Orange CI, MTN CI et Moov CI. Ces trois majors s’arrogent la part belle des retombées financières issues de cette industrie, avec respectivement 36,54% (7 084 204 abonnés), 35,28% (6 946 044 abonnés) et 21,82% (4 230 738 abonnés). Il faut dire que cette demande s’inscrit dans les ajustements salutaires dans le secteur national des télécoms en 2014, tels qu’annoncés par le ministre Bruno Koné.

Anselme Akeko

Anselme Akeko

Journaliste spécialisé en économie numérique, télécoms-mobilité, mobile money, cybercriminalité, financement start-up, inclusion numérique et financière et transition digitale. Passionné de web journalisme, il est correspondant de Cio Mag en Côte d'Ivoire.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *