E-Conf Challenge : « Les Etats africains doivent s’appuyer sur le digital pour atteindre les ODD »

Lors de son deuxième E-Conf Challenge de l’année, CIO Mag a mobilisé des experts ce jeudi 29 avril, pour réfléchir sur le thème : « le Digital, formidable accélérateur pour l’atteinte des ODD. » Les échanges se sont déroulés via la plateforme digitale Livestorm, avec le soutien de Huawei, Pure Player et FastTrackTech Africa.

(CIO Mag) – Au cours de ce webinaire, les réflexions ont porté sur les opportunités du digital pour l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD), l’apport de l’entrepreneuriat dans la création d’emplois sur le continent, l’importance des infrastructures numériques et la relance des activités économiques pendant cette période marquée par la pandémie de la Covid-19.

Ce panel de haut niveau a été modéré par Camille Dubruelh, coordonnatrice de rédaction à CIO Mag. Pour elle, « il est temps d’aborder le mouvement de relance post-Covid19. Dans ce cadre, il nous semble propice de nous interroger sur les opportunités offertes par le digital pour booster l’’atteinte des ODD. » « La pandémie nous a appris l’humilité par rapport à nos certitudes. A l’image de la médecine qui a permis de sauver des vies, le numérique aussi a contribué au sauvetage des économies et au maintien des liens sociaux », dira Mohamadou Diallo, Directeur général de CIO Mag, en rappelant les leçons apprises par les entreprises au cours de cette période pandémique ayant ébranlé leurs activités.

L’expérience de Huawei

Pour Adnane Ben Halima, Vice-Président en charge des relations publiques pour la région Méditerranée de Huawei Northen Africa, le digital est un véritable outil pour atteindre le développement durable. « Huawei a donné de l’emploi à 9 000 personnes sur le continent », a-t-il cité à titre d’exemple. Ajoutant que le géant chinois reste engagé dans l’accompagnement des Etats et la formation de la jeunesse africaine. « Nous croyons à l’écosystème numérique et à la jeunesse. Nous envisageons avoir le maximum de personnes qualifiées qui pourraient contribuer au développement des technologies en Afrique ».

Présent dans plusieurs Etats en Afrique, Huawei ambitionne de former 10 000 personnes par pays à l’horizon 2025. Aujourd’hui, plus de 50 000 personnes ont déjà bénéficié de formation dans le cadre de ICT4All, une ambition qui mise sur les partenariats, la coopération avec les universités, l’enseignement à distance et l’accompagnement des startp-ups, entre autres.

Le digital pour favoriser la création d’emplois

Le Sénégal fait une formidable expérience en matière de création d’emplois et d’innovation. C’est ce que révèle Papa Amadou Sarr, Ministre-Délégué général à l’Entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes du Sénégal : « la DER a impacté plus de 100 000 bénéficiaires sur l’ensemble du territoire national. Avec 60 milliards de francs CFA investi au cours des trois dernières années, nous avons pu ouvrir environ 100 000 comptes bancaires sur l’ensemble du territoire national. Nous avons investi plus de 5 millions d’euros dans des start-ups en partenariat avec les réseaux d’incubateurs et les universités du Sénégal issues des différents secteurs clés tels que la tech, l’e-santé, l’e-learnig… »

Dans cet écosystème fait d’innovations diverses, Akilee, une entreprise spécialisée dans le secteur de l’énergie, fait parler d’elle. Pour son Directeur général, Amadou Ly, l’entrepreneuriat et le digital sont des solutions de création d’emplois durables en Afrique. « La digitalisation des économies offre des innovations et crée de l’emploi dans le secteur de l’énergie ». Mais pour y arriver, « il faut réunir des préalables en termes de formation à l’entrepreneuriat. » D’ores-et-déjà, Akilee nourrit des ambitions régionales pour contribuer au développement du continent africain, à travers la mise en place des solutions de supervision dans le domaine de l’intelligence artificielle et l’optimisation des ressources.

Révolution médicale et administrative

Au Mali, Aïcha Dembele a co-fondé So-Dôkôtôrô, une startup qui offre à travers une plateforme web et mobile, des services de mise en relation des patients avec des médecins qui assureront leur prise en charge médicale à domicile. Ces soins médicaux sont destinés aux patients à faibles revenus. Dans son pays, Aïcha Dembele œuvre à la création d’emplois chez les jeunes et lutte contre les inégalités dans l’accès aux soins de santé dans son pays.

« Au Mali, il y a des milliers de jeunes au chômage et des milliers de jeunes qui ont des formations qui ne leur permet pas d’entreprendre. Ce qu’il faut faire, c’est d’imaginer des solutions pour reconvertir ces jeunes », fait-elle savoir.

Comment le digital intervient dans l’administration des Etats ? C’est à cette question qu’a répondu Hamed Salif Camara, Directeur général de l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) du Mali. Pour lui, « la digitalisation des services des Etats n’est plus un choix mais plutôt une nécessité au vu de l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Si nous voulons véritablement allers vers un développement durable dans le monde, il nous faut aller vers les services offerts aux populations et aux entreprises. Les Etats doivent aller vers la digitalisation totale, surtout les Etats africains. »

Retrouvez ici l’intégralité de l’E-Conf Challenge :

Enock Bulonza

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here