eCommerce : une vitrine pour promouvoir les produits made in Cameroon

0
1566
Des produits camerounais vendus en ligne.

(CIO Mag) – Les innovations dans les TIC se font presque tous les jours au Cameroun mais ces inventeurs qui ont du talent à revendre se plaignent toujours des moyens de financement pour développer leur initiative. La dernière trouvaille est ce site du consommer camerounais : lemadeincameroon.cm, un espace web qui compte sur un marketing digital pour vendre les produits du terroir. Et l’une des innovations qui accrochent ces jours-ci, c’est la pâte d’arachide GAB’S prête pour la cuisson. Pour Hilaire Feula, promoteur du site, il est important de créer des boutiques Made in Cameroon où certainement l’on pourra trouver tous les produits et surtout des produits de bonne qualité. Selon H. Feula, c’est dans huit mois qu’il faudra faire un examen de la situation.

Marketeur fraichement sorti de l’université, le jeune étudiant camerounais, en se frottant au monde des affaires, s’est rendu compte de la difficulté des artisans à faire connaître et acheter leurs productions. C’est de cette réflexion qu’est né son site web. Généralement, résume le promoteur de cette toute petite unité naissante, les spécialistes de marketing sont payés pour rendre un service. « Le problème c’est que nos artisans ne peuvent pas payer pour de tels services. Alors, on s’est dit qu’il fallait parier sur un partenariat mutuellement bénéfique. Nous les aidons d’un bout à l’autre : améliorer la qualité jusqu’au développement d’un bon réseau de vente, en passant par le packaging attrayant et adapté. Une fois que les ventes sont importantes, notre artisan gagne plus et nous pouvons prélever une part du revenu pour rémunérer notre prestation », explique-t-il.

Dans le registre des produits 100% made in Cameroon que l’on retrouve donc à cette adresse, des produits de l’agroalimentaire, des vêtements et même des médicaments de la pharmacopée qui sont les plus prisés et qui ont montré leur efficacité sur les patients qui souffrent de plusieurs pathologies.

Mais une activité ne peut se faire du chemin sans difficultés. Hilaire Feula nous confie : « On a eu de la peine à collecter des informations, à trouver des artisans prêts à participer, il a fallu expliquer, négocier. La réticence provient parfois du manque de compréhension du concept ou du manque d’organisation de l’artisan parfois préoccupé par des tâches de survie. » Si la satisfaction de l’équipe Feula se fait sentir sur la demande croissante de quelques produits, les chiffres d’affaires des partenaires à ce site sont plus souvent hors des grandes billes. Exemple, l’un d’eux qui ne parvenait pas à trouver des distributeurs à Douala, vend désormais plus de 240 paquets de chips de noix de coco par semaine.

Hilaire Feula est formel : « Pour développer notre entreprise où nous espérons que demain nous serons leader dans le domaine, il nous faut réunir tous les produits authentiques du terroir pour pousser les artisans camerounais à sortir de l’informel. Voilà pourquoi nous préférons travailler avec ceux qui sont organisés en groupes associatifs de producteurs. »

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here