Facebook : quel rôle le monstre bleu veut jouer en Afrique ?

2
788
Marc Zuckerberg, lors de sa visite au Kenya

(Cio Mag) – Un des 5 GAFAM au monde, Facebook compte sur le continent africain, plus de 146 millions d’abonnés. Une connectivité qui ne laisse pas indifférent la société de Marc Zuckerberg. Pour ainsi donc se rapprocher de cette clientèle et mieux comprendre le besoin des internautes sur le continent, le PDG de la société californienne s’est déplacé sur le continent en 2016. A l’écoute des grands chantiers pour la transformation digitale sur le continent, Cio-mag revient sur les retombées mais aussi le but de cette visite de Marc Zukerberg en Afrique dans cet entretien avec Emeka Afigbo, Responsable des plateformes de partenariat pour Facebook Moyen-Orient et Afrique.

Cio-Mag : Inutile de présenter Facebook. En 2016, son fondateur Marc Zuckerberg, a réalisé une tournée sur le continent, preuve de l’intérêt que suscite l’Afrique pour le géant américain. Quel était l’objectif de cette initiative ? Que représente l’Afrique pour FACEBOOK ?

L’objectif de la tournée en Afrique de Mark était de rencontrer les développeurs et les entrepreneurs, et constater le démarrage de l’écosystème dans les régions qu’il a visité. Il était ici pour écouter, apprendre et collecter des propositions pour qu’une fois de retour en Californie, il sache comment soutenir au mieux le développement technologique et l’entreprenariat en Afrique.

La mission de Facebook est de permettre aux hommes de construire une communauté au sein de laquelle chaque bout du monde sera accessible à tous. Constituer un village planétaire. Facebook est profondément dévoué au continent africain. Nous avons annoncé récemment que le total d’internautes actifs à se connecter à Facebook par mois à travers l’Afrique a augmenté de 42% sur 170 millions d’abonnés. 94% de ces internautes accèdent à notre plateforme grâce à leurs appareils mobiles.

Comment Facebook se confronte-t-elle aux réalités du continent africain?

L’Afrique est importante aux yeux de Facebook. Avec une population de plus d’un milliard, il y a de grandes opportunités d’affaires dans plusieurs pays à travers le continent. La mission de Facebook est de permettre aux hommes de construire une communauté au sein de laquelle chaque bout du monde sera accessible à tous et connecté.

Notre engagement est celui de servir l’Afrique malgré tous les combinés téléphoniques ou connections qu’utilise la population. Pour gagner ce pari, nous avons lancé « Facebook Lite » comme composant indépendant, une nouvelle application destinée aux appareils Android peu professionnel sur les réseaux de connections instables ; afin d’offrir aux internautes une expérience fiable de  Facebook lorsque la largeur de bande est faible.

Pour bien comprendre leurs besoins et expériences, nos ingénieurs ont la 2.G Tuesday. Ils utilisent donc la connectivité 2.G sur leurs appareils téléphones afin de les aider à mieux comprendre comment les internautes avec la connexion 2G utilisent nos produits pour les aider à mieux converser ; les aider à maitriser les points difficiles pour les occasions à venir. Ceci nous amène à être plus proches de ceux qui utilisent nos produits pour les assister rapidement et de façon continue.

Nous avons la conviction que la technologie donne à la population de nouvelles opportunités pour devenir des entrepreneurs et des créateurs satisfaits. Facebook ouvre les portes d’un ‘’marketing personnalisé’’, en faveur des internautes du marché émergeant, adapté à tous les appareils basés sur les besoins de la population. Au moment où nous avançons vers l’an 2020, année où pour une première fois dans l’histoire, plus de personnes au monde seront connectées à internet que jamais, la majorité de ces nouveaux internautes feront partie des pays émergeants. En Afrique Sub-Saharienne, les conditions de connectivité des internautes sont personnelles et le téléphone mobile a plus d’importance.

L’Afrique Sub-Saharien a la plus jeune génération mondiale d’appareil aborigènes, et tout comme plusieurs autres marchés émergents, c’est une région avancée qui s’investit par rapport aux besoins locaux et recherche des approches adaptées au marketing pour ainsi ouvrir des  portes au succès. Nous continuons d’apprendre de ce continent et travaillons avec nos partenaires de la région.

Marc Zuckerberg, lors de sa visite au Nigeria, s’est rendu dans un hub de co-création technologique

Qu’est-ce que Facebook peut apporter aux entreprises africaines et plus particulièrement aux Startups ?

Facebook veut aider toute entreprise à émerger tant au niveau local que régional. Ceci à travers son équipe en Afrique et ses partenaires à travers le monde et des projets d’affaires dans les pays clés du continent. Nous croyons que la technologie donne à la population de nouvelles opportunités pour entreprendre et parvenir à des résultats qui invitent à s’engager. Mark et Chris ont visité le continent durant les six derniers mois  et m’ont laissé voir à quel point ils étaient inspirés par la créativité et l’esprit d’entreprenariat qu’ils ont vu à travers l’Afrique.

L’un de nos domaines fondamentaux de croissance est basé sur les PME. Les PME sont l’échine des économies à travers le monde. Ils conditionnent la croissance économique et les nouveaux emplois.

Au Kenya par exemple il est estimé que les PME représentent 80% des emplois total du pays. En Afrique du Sud, le Plan de Développement National repose sur les PME pour créer 90% des 11 millions de nouveaux emplois que le pays cherche à créer d’ici 2030.

Pour atteindre cet objectif, l’Afrique du Sud a besoin de presque 50. 000 PME grandissant à une vitesse de 20% par an. Selon le rapport d’affaire portant sur l’avenir de Facebook qui sonde plus de 140.000 petites entreprises utilisant les pages Facebook dans 33 pays, 48% des PME de l’Afrique du Sud projettent accentuer sa façon de compter le nombre des internautes sur la toile durant les six prochains mois.

Pour vous, quel est le bon modèle de coopération entre la téléphonie et le ‘’OTT’’

Facebook est une société de partenariat. Nous voulons travailler avec les opérateurs pour garantir notre capacité à continuer à fournir des services innovants aux consommateurs. Nous et les autres fournisseurs de services en ligne entretenons des relations symbiotiques avec opérateurs.  Tant que Facebook restera une société mondialement connue, certains de la catégorie des plus innovateurs, des entreprises en ligne seront créées et lancées par les compagnies locales, de Jobberman à Konga ou à Jumia, aux services de l’E-gouvernement au Rwanda ou, aux services de santé au Kenya. L’accès aux infrastructures haut débit permet aux consommateurs d’avoir accès à notre serveur novateur en ligne. Notre serveur en ligne conduit la demande du consommateur aux services haut débit. Nous reconnaissons que certains règlements appliqués aux opérateurs datent et donc entravent la capacité des opérateurs à innover. Mais la solution n’est pas de déployer ce qui est vétuste. Les règlements pénibles sont loin de réguler les opérateurs  et les services en ligne de la même façon.

Quelles sont les priorités actuelles de Facebook en Afrique ?

Nous pourrons citer quelques exemples. Nous avons lancé un Express Wi-Fi au Nigeria et au Kenya. Au Nigeria, nous avons lancé récemment ‘’Facebook Flex’’ avec le Réseau Etisalat (qui offre un accès libre à Facebook à tout moment si bien que les internautes peuvent être en contact permanent avec leurs amis et membres de famille). Au Kenya, nous avons signé un partenariat avec SURF et, récemment, avons lancé l’Express Wi-Fi. Ceci démontre notre engagement à coopérer en apportant de nouvelles technologies et des modèles de travail qui révolutionnent l’accès à Internet et à l’entreprenariat.

Emeka Afigbo, Responsable des plateformes de partenariat pour Facebook Moyen-Orient et Afrique

Les fibres déployés en  Uganda (avec Airtel et BCS) catalysent les investissements et déploient les infrastructures  sur le continent. Le  projet va connaitre plus de 770 km de fibres étirés vers les milieux les moins servis du Nord Uganda. Beaucoup de compagnies nous ont rejoints et d’autres dans les projets d’infrastructures Télécom (TIP). Ceci pourra contribuer à réduire le prix de l’infrastructure en Afrique. Les PME sont l’échine de l’économie africaine. C’est pourquoi nous octroyons des payements avec le naira au Nigéria.  Nous avons commencé à accepter les cartes locales de payement avec le naira sur nos plateformes. Disponible seulement pour les nouveaux annonceurs et aux annonces de comptes au Nigeria.

Nous sommes conscients que l’Afrique est un continent et non un pays. Notre équipe travail sur les différentes demandes dans les pays clés avec pour but d’aider les entreprises à comprendre l’utilité de Facebook. Nous avons démarré une série de formations sur ‘’Relève Ton Entreprise’’ (BoostYour Business) qui sera faite par les partenaires locaux au Nigéria et en Afrique du Sud pour quelques mois, puis suivra le Kenya en fin d’année.

En Afrique du Sud, notre partenaire LivityAfrica va accueillir une journée entière d’une session de formation cette année dans le registre des PME. Nous supportons aussi l’idée d’un camp d’entreprenariat de six semaines pour 20 jeunes Sud-Africains détenteurs de petites entreprises (dont l’âge est compris entre 20 et 30ans) ; afin de les aider à faire monter leurs entreprises au niveau supérieur. Le Sénégal, la Cote d’Ivoire, Le Ghana, la Tanzanie, le Rwanda, l’Uganda, la Mozambique et l’Ethiopie sont aussi inclus. La récente tournée de Chris Cox est une preuve de l’engagement de Facebook aux côtés des autres pays du continent.

Propos recueillis par David Gueye

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here