Gabon : 57 milliards de FCFA de la Banque mondiale pour la formation professionnelle dans les TIC

0
569
Elisabeth Huybens, directrice des opérations de la Banque mondiale.

(CIO Mag) – Elisabeth Huybens, directrice des opérations de la Banque mondiale et représentante résidente locale, et le ministre gabonais du Travail, de l’Emploi et de Jeunesse, chargé de la Formation professionnelle, Julien Nkoghe Bekale, se sont entretenus sur les projets de financement des centres de formation professionnelle basés au sein de la zone économique spéciale de Nkok, à Libreville.

Selon le plénipotentiaire de la Banque mondiale, le projet d’appui et d’aide à la formation professionnelle (Prodex) bénéficiera de 100 millions de dollars de la Banque mondiale, en vue de la construction de deux centres de formation professionnelle dans la zone économique spéciale de Nkok dédiés aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Pour Elisabeth Huybens, il est question pour la Banque mondiale d’aider le Gabon à offrir des formations adaptées au marché du travail.

« Notre appui d’aide à la formation professionnelle au Gabon (…) vise une meilleure adéquation entre la formation professionnelle et la demande du marché du travail dans le secteur privé », a-t-elle confié à la presse locale. Il est aussi question, en plus de la construction des centres de formation, de mettre sur pied un fonds de compétition dans le secteur de la formation.

« Nous avons discuté avec le ministre, sur notre appui d’aide à la formation professionnelle au Gabon. Celui-ci vise une meilleure adéquation entre la formation professionnelle et la demande du marché du travail dans le secteur privé. Il permet de financer, dans un premier temps, les centres de formation dans la zone de Nkok, les nouvelles gouvernances dans le secteur de la formation professionnelle, et également le fonds de compétition. »

Il n’en fallait pas plus pour susciter chez l’un de ses hôtes, Jean-Marie Ogandaga, une fierté pour ce membre du gouvernement gabonais. Content de l’appréciation de la représentante de la Banque mondiale, le ministre de l’Economie a présenté le Gabon comme l’un des meilleurs pays à qui l’institution financière apporte son soutien. « Nous n’avons pas la prétention d’être le très bon élève de la classe, mais nous faisons partie des bons élèves. Et comme la perfection n’est pas de ce monde, nous tendons à être le très bon élève de la sous-région de l’Afrique centrale. C’est d’ailleurs pour cela que notre coopération avec la Banque mondiale va au-delà d’une coopération simple. C’est même une osmose, parce que la Banque mondiale nous assiste et nous rappelle à chaque fois ce que les populations attendent de nous », a déclaré Jean-Marie Ogandaga.

Jean-Claude NOUBISSIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here