Jework Africa, une plateforme de tâches à la demande pour des étudiants en Afrique

1
2612

(CIO Mag) – Cette plateforme permet aux entreprises et à des jeunes étudiants basés en Afrique de sous-traiter avec les entreprises ou des personnes basées en Occident certaines tâches qui peuvent leur permettre de vivre. En tout cas, des étudiants ou chercheurs d’emplois qui exécutent des tâches pour des entreprises ou des personnes basées à des milliers de kilomètres, parfois même sur d’autres continents à travers le monde. C’est le principe du «jobbing», né aux Etats-Unis. Le cabinet conseil en recrutement Morio Consulting veut implémenter ce modèle en Afrique à travers «Jework Africa». La plateforme propose aux entreprises européennes d’externaliser une partie de leurs tâches, qui ne demandent pas de qualifications spécifiques, aux étudiants africains de trouver des petits jobs pour financer leurs études ou aider leurs familles. Des petits boulots rémunérés qui consistent à traiter des tâches d’entreprises européennes.

« Nous pensons toucher les entreprises qui voudront au-delà de la performance, participer aux enjeux du développement des pays africains », expliquent les responsables de Morio Consulting qui prévoient de développer ce modèle dans cinq pays africains d’ici fin 2017.

Comment ça fonctionne ? L’entreprise qui sollicite ce service confie les missions à remplir à la plateforme avec tous les cahiers de charges et propositions de rémunération. «Jework Africa» se charge donc de trouver les candidats aptes à fournir ce service. Le « worker » va effectuer la tâche sous la supervision du cabinet conseil. Pas besoin de se présenter forcément dans les locaux. Le candidat peut tout simplement s’inscrire sur la plateforme. Le paiement s’effectue à la tâche, à travers des plateformes de mobile money. Les tâches vont des plus simples aux plus complexes.

Le traitement des données, la gestion de contenus, la comptabilité et les ressources humaines… autant de sollicitations de tâches qui envahissent la toile. Dans le domaine du traitement des données, le worker peut être sollicité pour la saisie, la correction des documents et la rédaction de texte. Les tâches de comptabilité tournent autour du classement des factures, la saisie des factures et le recouvrement clients. En ce qui concerne les ressources humaines, il peut se mettre à l’identification des profils, la présélection des CV et les décryptages d’organigramme. Les activités touchent également le domaine commercial, e-marketing, et juridique. Les sollicitations varient notamment entre le tri de bases de données, la prospection par mail ou l’indentification des prospects. Les études de marché, enquêtes, sondages, veille et Benchemarketing sont également proposés comme tâches.

Le principal du «jobbing » est né en 2008 dans la tête d’une américaine, LeahBusque, qui cherchait quelqu’un pour acheter les croquettes de son chien. Elle crée alors Runmyerrang ( « fais mes courses » en anglais), rebaptisé depuis Taaskrabbit.

Jean-Claude Noubissié

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here