Le Bénin évalue les performances informatiques d’environ 2 000 cadres de l’administration publique

0
1630
La Ministre du numérique et de la digitalisation est allée constater l'évolution des sessions d'évaluation du personnel de l'administration publique.

(CIO Mag) – Depuis le 26 novembre dernier, 1 775 cadres de l’administration publique béninoise sont évalués en parallèle dans 4 différents centres, sur leurs compétences informatiques. Hier mardi 3 décembre, la Ministre du numérique et de la digitalisation (MND) Aurélie Adam Soulé Zoumarou s’est rendue au Centre de l’Agence des services et systèmes d’information (ASSI) pour constater le niveau d’avancement et les conditions de l’évaluation.

« Nous sommes en train de poser les briques de notre administration intelligente […] les ministères sont interconnectés, les structures administratives commencent de plus en plus fortement à intégrer les plateformes et applications numériques dans ce qu’elles font. Et la brique manquante que nous devons adresser convenablement, c’est celle qui consiste à répondre aux besoins du personnel de l’administration publique, d’être au niveau qu’il faut pour être en mesure de fournir des services publics modernes, de qualité aux usagers que sont les populations et les entreprises », contextualise la Ministre du numérique et de la digitalisation.

C’est dans ce cadre que le Bénin a lancé depuis le 26 novembre, l’évaluation de 71 cadres de 24 ministères sur leurs compétences d’utilisation des logiciels applicatifs les plus courants : Word, Excel, Powerpoint, Outlook et les navigateurs. Cette évaluation fait suite à la signature d’un protocole d’accord intervenu en avril 2018 entre le MND et l’International Certification in Digital Literacy (ICDL) Africa, principale certification au monde, largement utilisée dans le système des Nations-Unies, au sein des Organisations internationales et dans les administrations publiques des pays développés.

Smart Gouv

« ICDL apporte une solution objective pour évaluer les besoins pour que dans une phase qui ne saurait tarder, vous puissiez aller vers le renforcement de vos capacités et aller à la certification parce qu’évidemment, il faut à la fin de votre formation s’assurer qu’il y a eu des acquis », confie Darius Gbaguidi, représentant Afrique francophone d’ICDL Africa. L’approche d’évaluation des compétences d’ICDL est conçue en trois étapes : un bilan de compétences à travers une évaluation, des séminaires de formation en présentiel et un accompagnement des participants à la certification ICDL. En entamant le premier pallier du processus, le Bénin veut identifier les besoins en développement de compétences dans l’ensemble des secteurs de l’administration, et à termes, amener les cadres à obtenir la certification ICDL.

« Il n’a aucune autre utilité que de nous permettre de savoir quelles sont les forces, faiblesses et lacunes pour pouvoir apporter les bonnes corrections. Il ne s’agira pas de former pour former, mais former pour corriger les lacunes pour devenir une administration 6.0 dans la politique du gouvernement qui s’inscrit dans le cadre du Smart Gouv », rassure Vilon Guézo, Directeur de WIN Africa partenaire technique d’ICDL pour la mise en exécution de l’évaluation. Passée cette phase, le gouvernement décidera, sur la base des résultats obtenus et avec précision, les compétences à renforcer pour avoir des ressources humaines de qualité au profit d’une administration publique digitalement performante.

Michaël Tchokpodo, Bénin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here