le câble sous-marin Cameroun-Brésil marque la révolution numérique à Camtel

0
7139

(CIO Mag) – Sous le non commercial Sail (South Atlantic Inter-Link), le câble  sous-marin Cameroun-Brésil met en marche la révolution numérique de l’opérateur historique du téléphone au Cameroun Camtel. Il  faut relever que cette opération va changer le paysage national des télécommunications, elle va aussi changer l’organisation mondiale dans ce domaine, positionner favorablement le Cameroun dans le marché international des télécommunications, mais surtout faire gagner beaucoup d’argent au pays de Paul Biya.

Toutefois, soulignons que ce câble est le premier système de transmission optique de nouvelle génération qui sera développé entre l’Afrique et l’Amérique. Les travaux du consortium Sail ont une durée de 30 mois pour sa réalisation complète avec deux axes principaux : la construction d’un système de câble sous-marin de nouvelle technologie à fibre optique entre le Cameroun et le Brésil. L’objectif est de fournir des  capacités suffisantes à tous les opérateurs du secteur des télécommunications et d’augmenter la connectivité de l’Internet au Cameroun et dans les pays de la sous-région ; l’extension des services issus de la première phase du projet par la construction de nouveaux réseaux d’accès à large bande dans toutes les grandes villes et pôles industriels du Cameroun.

Le ministère de l’Economie, de la Planification  et de l’Aménagement du Territoire, Louis Paul Motaze a signé avec Eximbank China en 2015,  un accord de prêt préférentiel d’un montant de  337 millions 121 mille 984,15 dollars, soit environ 198,9 milliards de FCFA. Ce montant représente 85% du financement total du projet qui entre dans la deuxième phase de construction d’un réseau national Broadband de télécommunications au Cameroun. Les échanges avec Eximbank China concernent la mise en place des fonds de contrepartie (15% du coût du projet), et avec le partenaire China Unicom, ont abouti à la libération de 20 milliards de francs par China Unicom, les autres 5 milliards restants seront supportés par Camtel.

Sur le plan de l’intégration sous-régionale, l’opérateur des télécommunications de Guinée Equatoriale (Gestor de Infrastructuras de telecomunicaciones de Guinea ecuatorial), a manifesté au cours des échanges avec Camtel, un intérêt stratégique pour le projet. Afin de conduire les études et examiner la faisabilité d’un raccordement du pays voisin au câble Sail, un accord a été signé à cet effet. En définitive, la construction du câble sous-marin à fibre optique entre le Cameroun et le brésil constitue une première entre l’Afrique et l’Amérique. Le projet permettra ainsi au Cameroun de se positionner en Hub des flux de communications électroniques entre l’Asie, l’Afrique et l’Amérique, d’une part, et de voie de transit et secours des communications entre l’Europe et l’Amérique, d’autre part.

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here