Mobile money : Wave Sénégal a enregistré 12 000 milliards de FCfa de transactions en 2022

Le secteur du mobile Money au Sénégal a connu un énorme chamboulement avec l’arrivée de Wave dans le secteur. Selon son directeur général, Coura Sène, durant l’année 2022, le groupe a enregistré plus de 12 000 milliards de transactions en 2022. Elle s’exprimait à l’occasion d’un atelier avec les journalistes spécialisés en Tic. 

(Cio Mag) – Le secteur de la monnaie électronique vit ses heures de gloire au Sénégal. Évoquant les chiffres, Coura Carine Sène, la Dg de Wave Sénégal révèle que Wave est considéré comme le premier fournisseur avec près de 11 millions de clients actifs, dont environ 7,18 millions d’utilisateurs actifs, soit 90% de la population adulte disposant d’un compte chez Wave Mobile Money.

Cette percée incontestable est à l’origine de la forte croissance des transactions enregistrées en 2022. Mais s’il y a un créneau dans lequel Wave a apporté le plus d’innovations, c’est sans doute sur les tarifs. Avant son arrivée, rappelle Mme Sène, les services financiers numériques sur le marché sénégalais étaient facturés au minimum à 4%. Aujourd’hui, ils sont facturés à hauteur de 1%, en plus de la gratuité sur le dépôt et le retrait. Ce qui a d’ailleurs suscité quelques interrogations allant jusqu’à accuser l’entreprise de dumping. Il n’en est rien, fulmine Mme Séne.

Selon elle, s’il y a cette gratuité, cela signifie que l’entreprise gagne quelque part d’autre. C’est le cas par exemple avec le paiement marchand, les autres services que les clients utilisent en payant par Wave. « Nous sommes rémunérés sur ces services. Nous avons quand même réussi à faire baisser les tarifs parce que pour nous, le vrai portemonnaie électronique c’est quand vous décidez de ce que vous faites de votre argent sans être obligés de payer. »

Aujourd’hui, si l’on en croit les services de Wave, les principales entraves au développement des services financiers mobiles sont principalement liées à la mauvaise qualité du réseau (17,1%), l’insécurité des transactions (15,70%), les coûts élevés des services (15,4%) et l’insuffisance d’approvisionnement en liquidité dans le point de service (10,2%).

Mamadou Diop

Correspondant au Sénégal

View All Posts