Samsung Algérie : 2,5 millions de smartphones fabriqués à partir de 2019

1
382
Des smartphones de la série Samsung Galaxy J.

L’unité de montage de smartphones Samsung située dans la zone industrielle de Rouiba a une capacité de production de 1,5 million de téléphones portables en 2018 avant de passer à 2,5 millions d’unités en 2019.

(CIO Mag) – Selon Hicheme Abdoune, directeur de la division Mobile chez Samsung Algérie, «  des équipes sont venues ici sur place et ont certifié les formations, le processus qui a été mis en place ; les produits qui sortiront de cette unité seront à 100% conformes à ceux produits par les autres usines Samsung à travers le monde ». La gamme de smartphones que produira l’usine est composée de Samsung Galaxy J, à savoir le J7 Pro, J3 Pro, J7 Prime, J7 Core et le Grand Prime Plus, sous l’emblème «Samsung Fi Bladi – Samsung dans mon pays) ».

Stabiliser les lignes de montage

Implantée sur un terrain d’environ deux hectares, l’usine est dotée d’une ligne d’assemblage et de production de 3 600 m2, qui devrait connaître une extension à partir de sa deuxième année. Il a généré 220 emplois directs. Selon M. Hichem Abdoune, « la  priorité est d’abord de stabiliser les lignes de montage et de production, et d’arriver à optimiser le processus de production afin d’arriver à monter un certain nombre d’unités par jour en respectant les normes dictées par le constructeur ». Le tout, « en veillant à ce que l’ensemble des équipes qui travaillent sur les chaînes d’assemblages maîtrisent le processus ». L’objectif sera aussi d’augmenter les capacités de production afin d’atteindre les 2.5 millions d’unités assemblées en Algérie par an à partir de 2019.

« La formule SKD et un taux d’intégration minimum pour commencer »

A ce sujet, M. Abdoune a souligné que le taux d’intégration qui constitue l’un des éléments fondamentaux à travers lesquels est évalué le sérieux du projet est inévitablement d’aller vers des produits fortement intégrés. « Notre projet aujourd’hui, dit-il, est basé sur une formule SKD et un taux d’intégration minimum pour commencer. Il est utile de signaler que le processus SKD est obligatoire car c’est aussi un processus de formation qui permet aux équipes activant sur la chaîne de montage de pouvoir acquérir l’expertise nécessaire pour passer à une seconde étape qui est le CKD. » 

Timecom, partenaire de distribution

« Le taux d’intégration aujourd’hui n’est pas clairement défini dans le cahier des charges mais on préfère parler de processus de fabrication, qui est fixé dans le cas de notre usine à une vingtaine d’étapes de fabrication, ce qui nous permettra d’aboutir à la fin à un produit fini. L’unité de montage lancée par notre partenaire « Timecom » est certifiée par un bureau externe à Samsung », a-t-il également affirmé. En effet, des équipes sont déplacées sur place et ont certifié les formations, le processus qui a été mis en place. « Les produits qui sortiront de cette unité seront à 100% conformes à ceux produits par les autres usines Samsung à travers le monde ». Rappelons que ce projet a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre le fabricant sud-coréen de téléphones mobiles Samsung Electronics à travers sa filiale algérienne Samsung Algérie et son partenaire de distribution Timecom.

Youcef MAALLEMI– Alger

1 commentaire

  1. Quand est-ce-qu’ils seront mis en vente ces premiers téléphones avec retouche Algérienne pour achat? , ou seront-t-ils disponible ? et à quel prix le Galaxy J7 Pro ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here