Selon une experte de l’ONU, Facebook a une vaste définition du terrorisme, ce qui ne serait pas sans conséquences

1
534

(CIO Mag) – La définition que le réseau social Facebook donne au mot terrorisme est si large qu’elle pourrait inclure d’autres pratiques qui n’ont rien à voir avec. C’est en substance la conviction de l’experte des Nations-Unies, Fionnuala Ni Aolain. « L’utilisation de définitions trop larges et imprécises servant de base pour réglementer l’accès et l’utilisation de la plateforme Facebook peut conduire à une mise en oeuvre discriminatoire, à une censure excessive et à un refus arbitraire en matière d’accès et d’utilisation des services de Facebook », explique l’experte indépendante de l’ONU sur la protection des droits de l’homme dans le contexte de la lutte contre le terrorisme sur le site de Europe 1.

Plus clairement, Madame Aolain estime que la façon dont le premier réseau social au monde qui revendique plus de 2 milliards d’utilisateurs « délimite » le concept assimile à des entités terroristes tous les groupes non-étatiques qui font usage de la violence dans le dessein précis d’atteindre leur but. Or, de l’avis de la Rapporteuse ONU, tous les groupes qui font recours à la violence pour arriver à leurs fins ne sont pas des terroristes. Par ailleurs, elle considère que cette « brèche » ouverte par l’entreprise de Mark Zuckerberg – à qui elle a d’ailleurs écrit – peut être mis à profit par des gouvernements pour stigmatiser des adversaires.

Elimane

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here