Sénégal : 5 millions 500.000 cartes biométriques CEDEAO produites par le ministère de l’intérieur

0
122
Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l'intérieur du Sénégal.

(CIO Mag) – Les chiffres se gonflent et deviennent plus précis à quelques jours des élections législatives de dimanche prochain au Sénégal. Si on se fie aux dernières statistiques livrées par le quotidien sénégalais  L’Observateur, 5 millions 500.000 cartes biométriques CEDEAO ont été produites par les services de Abdoulaye Daouda Diallo. C’est une performance record du point de vue de nos confrères quand on sait que les politiciens aiment taper du poing sur la table pour dire qu’il y a trop de lenteurs. Des lenteurs, par contre, on en note au niveau des opérations de retrait des cartes même si elles seraient bien disponibles dans les commissions mises en place pour l’enrôlement des électeurs. Mais, d’après L’Obs, à la date du 21 juillet 2017, le taux de retrait était estimé à 70,36 %, soit 3 millions 600.000 Sénégalais qui ont pu entrer en possession de leur document administratif pour choisir leurs candidats ce 30 juillet.

Si on jette un œil sur le tableau de retrait des cartes biométriques, c’est la région de Kédougou qui arriverait en tête avec 84, 45 %. Il s’ensuit Kaffrine avec 82,54 %, Kaolack, 81, 70%, Fatick, 80, 64 %, Thiès, 78 % et Sédhiou, 77,05 %. Les derniers du classement sont les régions de Kolda, Matam et Dakar auxquelles on attribue les taux respectifs de 72, 37 %, 70,76 % et 51,41 %. Aussi, pour accélérer les opérations, Abdoulaye Daouda Diallo et son département ont pris la décision d’augmenter les commissions désormais passées de 550 à 1364. Il faut également noter, toujours selon L’Observateur que la direction générale des élections a fait appel à plus de 700 volontaires pour faire le tri et intensifier la distribution des cartes. Pour la seule région de Dakar, et on comprend pourquoi, 300 ont été enrôlés pour aider à faire avancer les opérations dont le rythme est jugé trop lent. En ce qui concerne les doublons signalés notamment dans la cité religieuse de Touba cette semaine, le patron de la Direction de l’Automatisation du Ficher ( DAF ), Ibrahima Diallo a fait savoir que cela ne portrait pas trop à conséquence pour la sécurité du vote.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here