Sénégal : Tigo élargit son réseau dans le social 

0
926
L'équipe de Tigo en soutien à la pouponnière de Mbour en difficulté.

(CIO Mag) – Une délégation de Tigo composée majoritairement de femmes s’est rendue à la pouponnière « Vivre Ensemble » de Mbour pour « apporter un sourire et de l’espoir » aux enfants. Au cours de cette visite, le personnel de Tigo a remis un don composé de vivres, couches, produits laitiers infantiles et autres matériels de première nécessité.

« Par ce geste, Tigo souhaite soutenir et encourager la fondatrice de la pouponnière Mme Buron-Millet et son équipe dans cette noble mission et ce travail, accompli au quotidien. C’est aussi notre manière d’aider les communautés défavorisées », a expliqué Mme Joyce Sagoe, Directrice Marketing de Tigo.

La Pouponnière « Vivre Ensemble » de Mbour est un lieu d’accueil provisoire des enfants privés de famille. Elle s’occupe des orphelins et enfants dont la maman ne peut pas s’occuper de leur vie dès les premières années de vie si fragile, avant de regagner leur famille. L’équipe de la pouponnière qui s’est félicitée du geste a promis de faire bon usage des dons.

Les difficultés financières, une menace pour la pouponnière de Mbour 

Depuis plusieurs années, la pouponnière de Mbour traverse beaucoup de difficultés. La lourdeur de l’assiette des dettes, le retrait de certains partenaires financiers sont entre autres causes de ce malaise. Les pensionnaires vivent au jour le jour. La structure tutrice judiciaire, avec plus de 160 enfants, (constitués en majorité de bébés et de nourrissons), tire le diable par queue.

Elle peine à payer les salaires. Les employés sont réduits de 75% et envoyés en chômage technique. La co-fondatrice de la pouponnière de Mbour Michèle Buron avait en 2015 tiré sur la sonnette d’alarme : « On a du mal à joindre les deux bouts. Nous sommes sur plusieurs fronts car depuis que la France s’est désengagée du Sénégal et a cessé de nous envoyer des enfants français en rupture de séjour à cause de l’épidémie Ébola, la pouponnière perd 20% de rentrée de fonds », avait écrit le journal l’Observateur dans sa livraison du lundi 23 février 2015.

Face à ce sombre tableau, l’on est tenté de se demander si la pouponnière de Mbour pourrait survivre ? Des entreprises comme Tigo ont tenté de jouer la bonne tutrice en attendant le soutien des autorités au plus haut niveau et d’autres partenaires. La pouponnière de Mbour est créée en 2002 et compte à son effectif plus de 160 pensionnaires.

Joe Marone, Dakar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here