Sénégal : un portail de signalement pour la protection des enfants victimes d’abus sexuels en ligne

0
1906

(CIO Mag) – Les violences faites aux enfants notamment, les cas d’abus sexuels sont devenus inquiétants dans le pays. Face à l’ampleur du phénomène que beaucoup d’observateurs qualifient de drame social, des initiatives comme la mise en place d’un portail de signalement pour la protection des enfants victimes d’abus sexuels en ligne sont prises pour décourager les auteurs. C’est une initiative de la cellule d’appui à la protection de l’enfance CAPE .

«Ce portail va aider tous les citoyens sénégalais à dénoncer des images ou des vidéos d’enfants qui sont abusés », a précisé le ménager du portail de signalement, Valentina Picco.

Le ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants, Ndèye Salimata Diop Dieng, qui a présidé la cérémonie de lancement vendredi 13 septembre 2019 du portail de signalement est convaincue que « le partenariat entre son département et l’Internet Watch Foundation (IWF) va surtout contribuer à renforcer la capacité de lutte contre les dangers liés à l’internet à travers la mise en place d’un outil de signalement de toutes images d’abus sexuels sur enfant diffusées en ligne ».

« L’installation de ce portail au Sénégal va offrir à chacun d’entre nous la possibilité de participer à la protection de jeunes garçons et de jeunes filles et au-delà, réduire les obstacles liés à leur plein épanouissement vers une vie citoyenne active et responsable », rapporte Mme Dieng.

Dr Jane Marie Ongolo est chef de la division Bien-être social de l’Union africaine. Elle pense que le projet est utile dans la mesure où il va contribuer à faire produire des études, remobiliser les autorités politiques pour plus d’engagement. Il sera question également de renforcement des capacités des acteurs gouvernementaux.

Mme Ongolo a demandé au Sénégal d’intégrer l’alliance « Weprotect », un mouvement international qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants au niveau national et international à l’image de l’Union africaine et d’autres pays.

A noter que la police, la gendarmerie et autres hébergeurs sont mis à contribution pour supprimer les images et les vidéos dans un délai d’une heure de temps après leur diffusion.

Joe Marone, Dakar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here