USA : le patron du FBI mis en cause par Hillary Clinton dans l’affaire de ses e-mails privés, se défend

  • 7 mai 2017
  • 0
  • 129 Vues

(CIO Mag) – Le directeur du FBI n’a pas mis trop de temps pour réagir à la sortie de Hillary Clinton. Mercredi, l’ex-candidate du parti démocrate à la dernière présidentielle a pointé du doigt James Comey (photo) qui, avec WikiLeaks, serait à l’origine de son élimination. Monsieur Comey assure qu’il était confronté à un dilemme par rapport à la réouverture du dossier à onze jours du scrutin : soit dissimuler la découverte jusqu’après l’élection, soit saisir le Parlement. « Ecoutez, c’était éprouvant, l’idée que nous avons pu avoir un impact sur l’élection me rend assez malade, mais honnêtement, cela n’aurait pas changé la décision. La dissimulation aurait été catastrophique, pas seulement pour le FBI, mais bien au-delà », a-t- il fait savoir lors d’une audition au Sénat.

A l’en croire, c’est plutôt WikiLeaks, relais de la Russie, qu’il faut mettre en cause. A ses yeux, le Kremlin représente « la plus grande menace pour n’importe quelle nation sur Terre, étant donné ses intentions et ses capacités ». Repris par le site du Figaro, le numéro 1 du FBI, n’a pas manqué de fustiger l’ingérence des Russes dans la campagne qui a alors opposé Donald Trump à l’ancienne Secrétaire d’Etat et First Lady, ingérence supposée faite via des piratages. On sait que l’affaire n’est pas carrément enterrée puisque il est fait état d’une enquête en cours sur les éventuels liens du nouveau président avec des responsables russes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *