Vincenzo Nesci, président exécutif de Djezzy : «Notre entreprise n’a rien à craindre de l’affaire Sawaris»

0
287
Vincenzo Nesci, président exécutif de Djezzy.

« Notre entreprise n’a rien à craindre du nouveau recours introduit par Naguib Sawiris à l’encontre de la décision du tribunal d’arbitrage international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), dans l’affaire opposant son groupe Orascom TMT Investment en l’Algérie », a déclaré le président exécutif de Djezzy, Vincenzo Nesci, en marge du point de presse tenu lors de la présentation de la nouvelle offre de l’opérateur.

(CIO Mag) – « Djezzy n’a rien à craindre du recours de Sawiris, c’est une démarche désespérée, honnêtement je pense qu’il n’y a aucun espoir que cet arbitrage puisse aboutir, notre entreprise n’a absolument rien à craindre », a déclaré Vincenzo Nesci, ajoutant que « certains sites essayent de donner de l’importance à ce recours et de nous attaquer dans l’espoir de nous faire céder et accepter de financer des choses que nous ne financerons jamais ». Le premier responsable de l’opérateur a mis l’accent sur le comportement éthique exemplaire de son entreprise depuis son rachat par Veon. « Notre éthique a été reconnue par toutes les instances internationales qui se sont occupées de nos dossiers, notamment dans le conflit avec Sawiris ; je suis absolument convaincu que ça paie beaucoup plus d’avoir un comportement éthique que de se mettre à faire des magouilles inacceptables ».

5 milliards de dollars de dommages et intérêts

Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), relevant de la Banque mondiale, a annoncé récemment qu’il allait constituer un comité ad hoc pour statuer sur un recours introduit par Orascom TMT Investment dans le cadre de l’arbitrage l’opposant à l’Algérie. Il s’agit d’un recours post-sentence limité et non pas d’un appel de la décision du Cirdi rendu en juin dernier, qui a rejeté la demande de l’homme d’affaires égyptien Nadjib Sawiris qui réclamait à l’Etat algérien 5 milliards de dollars de dommages et intérêts. Le tribunal a jugé ses réclamations irrecevables sur la forme et l’a sommé de rembourser à l’Etat algérien les frais qu’il avait engagés dans cet arbitrage.

La règle 51/49

Par ailleurs, Vincenzo Nesci a affirmé que Djezzy est la preuve que la règle 51/49 ne constitue pas un frein mais peut réussir, soulignant l’implication du FNI dans la réussite de Djezzy. « Le FNI a fait de Djezzy son fer de lance pour démontrer que le 51/49 est quelque chose qui peut réussir. Beaucoup de gens cherchent aujourd’hui à saboter cette règle, mais ils oublient que dans d’autres pays, à l’instar des Etats-Unis, le 51/49 n’existe pas mais il y a toute une série de barrières pour tout ce qui concerne les investissements sensibles, qui sont beaucoup plus contraignantes que le 51/49 », a-t-il affirmé.

« Quand je vois les manœuvres de certains de nos concurrents qui bradent leurs offres au détriment de la qualité à des prix qui ne couvrent même pas leurs coûts, à un moment il faudra que quelqu’un siffle la fin de la récréation et mette un terme à cela », a-t-il déclaré.

Youcef MAALLEMI, Alger

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here