Washington veut l’extradition du fondateur de WikiLeaks arrêté à Londres

0
326

(CIO Mag) – Activement recherché par la justice américaine pour divulgation de milliers de documents classés secrets, Julian Assange pourrait bientôt débarquer aux Etats-Unis. Débarqué ou plutôt être débarqué et pour cause. Ce n’est pas seulement la Suède l’accusant de viol qui le veut, l’Amérique de Donald Trump veut également le faire juger.

Puisqu’en dehors de l’affaire de la publication d’informations stratégiques du Pentagone et du département d’Etat en 2010 sur les guerres d’Irak et d’Afganistan, l’homme qui a été arrêté jeudi au sein de l’ambassade d’Equateur en Angleterre par la police britannique devra aussi s’expliquer sur la fuite de données ayant plombé la campagne de Hillary Clinton, lors de la dernière présidentielle.

L’Australien Julian Assange court le risque de poursuivre son séjour carcéral aux Etats-Unis. Pour le moment, il est aux mains de la Grande Bretagne qui l’a mis aux arrêts en donnant suite à un mandat d’arrêt émis il y a sept quand Assange avait violé les conditions de sa liberté sous caution en allant trouver refuge à l’ambassadeur d’Equateur à Londres.

Elimane

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here