Nigeria : focus sur les startups digitales pour développer l’économie

Olumbe Akinkugbe, le président de l’Agence des technologies de l’information de l’Etat au Nigeria, a déclaré mardi que son pays pourrait booster son économie en encourageant l’usage de la technologie.

(Cio Mag) – « Le gouvernement peut améliorer son efficience et son efficacité par l’utilisation stratégique de la technologie », a-t-il dit sur Twitter. Dans ses propos également repris par la presse locale, il a apprécié le « Nigeria Startup Bill (NSB) » parce que c’est ce dont le pays a besoin pour développer et renforcer son économie numérique.

Ce projet est une initiative conjointe de l’écosystème élargi des startups technologiques du Nigeria. Il vise à exploiter le potentiel de l’économie numérique grâce à des réglementations mises en place avec toutes les parties prenantes. Selon ses défenseurs, le projet de loi garantira que les lois et réglementations nigérianes sont conviviales, claires, planifiées et fonctionnent pour l’écosystème technologique.

Ces défenseurs pensent que cela contribuera à la création d’un environnement propice à la croissance, à l’attraction et à la protection des investissements dans les startups technologiques.

Sur ce, Akinkugbe n’exprime également aucun doute. Lui qui a « travaillé pour des entreprises technologiques mondiales pendant plusieurs années » voit en ce Startup Bill « une valeur ajoutée considérable » à l’économie de son pays.

Le Chef d’Etat nigérian Muhammadu Buhari a expliqué dans une lettre accompagnant le projet sur les tables des parlementaires qu’il vise aussi à positionner l’écosystème des startups du pays et à établir un Conseil national pour l’innovation numérique et l’entrepreneuriat.

Il positionnera  l’écosystème de startups du Nigeria comme le principal centre de technologie numérique en Afrique, ayant d’excellents innovateurs dotés de compétences de pointe et d’une capacité exportable, ajoute la note relayée sur le site de NSB.

Certains élus ont salué les opportunités offertes par ce projet pour la jeunesse et l’avenir du pays.

« La technologie peut contribuer à stimuler l’innovation, à améliorer l’efficacité du gouvernement et à créer des opportunités pour les jeunes. Avec un environnement juridique et politique approprié, elle peut également contribuer à la croissance de l’économie », a dit Akinkugbe cité par Vanguard, un média en ligne nigérian.

L’autorité locale a également noté  l’exemple d’Arakunrin Akeredolu le gouverneur dudit Etat. Il aurait selon lui fait passer les recettes d’Ondo générées en interne de 600 millions de nairas par mois à plus de 2 milliards de nairas en encourageant l’utilisation de la technologie.

Akinkugbe est convaincu que l’avenir du Nigeria ne réside pas dans les richesses pétrolières mais dans le capital humain. De ce fait, il importe de soutenir un projet de loi créant un environnement propice au développement des talents et attrayant pour les investissements mondiaux mais également créateur d’emplois bien rémunérés pour les Nigérians.

Selon la Banque Mondiale, le Nigeria – la plus grande économie d’Afrique avec l’une des plus grandes populations de jeunes au monde – est bien placé pour développer une économie numérique forte. Par conséquent, elle devrait s’appuyer sur cinq piliers fondamentaux pour en récolter les bénéfices. Notamment l’infrastructure numérique, les plateformes numériques, les services financiers numériques, l’entrepreneuriat numérique et les compétences numériques. 

Aurore Bonny

Aurore Bonny est une journaliste passionnée d'Afrique qui accorde un fort intérêt aux questions liées aux TIC. Sa plume est dévouée aux enjeux du digital sur le développement des Etats et populations d'Afrique. Elle couvre les actualités d'Afrique centrale (Cameroun) et celles de la zone anglophone pour le Web. Ses interviews, reportages et autres articles de fond sont à retrouver sur le Web et dans le Magazine CIo Mag.
Twitter: @Aurore_Bonny / Email: aurore.bonny@cio-mag.com / Tel: +237 693115519

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.