2017, l’année de l’émergence du M-paiement au Maroc ?

0
657

Le 9 mai 2017 se tiendra la première édition du Mpay Forum au Sheraton de Casablanca.  Une rencontre de haut niveau dédié à l’ensemble de l’écosystème du paiement mobile.

Aujourd’hui au Maroc, la majorité des transactions sont réalisées en espèces. Malgré des coûts relativement élevés, les paiements par chèques, cartes, virements ou prélèvements bancaires subsistent même si les volumes sont très faibles (4 à 5 transactions annuelle par habitants). C’est 10 fois moins que dans les pays émergents.

Pour combler ce gap et réduire les coûts des transactions, le Mpaiement, considéré à juste titre comme un système innovant pour accélérer le business, est la meilleure solution pour booster les usagers dans des domaines aussi divers comme pour le transfert d’argent, le paiement de produits et services auprès des clients, la réception des cotisations sociales, l’achat de recharges téléphoniques, les Règlements des factures d’électricité, d’eau, de télécommunications etc…

Ce marché ne représente pas moins de 400 milliards de Dirhams selon une récente étude. Face à ces enjeux, l’ANRT, la Banque Al-Maghrib et d’autres institutions mettent en œuvre des règles techniques, économiques et réglementaires pour la création d’une plateforme partagée permettant d’offrir des solutions de paiement via téléphone mobile aux utilisateurs finaux.

Au Maroc… et en Afrique ?

Au moment où les établissements financiers et les opérateurs mettent en place des stratégies afin de tirer profit des opportunités du mobile pour créer de la valeur ajoutée au sein de la relation client, il est temps d’offrir à l’Afrique son rendez-vous orienté vers les nouveaux usages mobiles du Mpaiement et du MBanking. C’est l’ambition que s’est fixé Cio Mag et ses partenaires pour faire de Casablanca un hub régional dans ce secteur.

Plus de 50% des 270 offres de « mobile banking » commercialisées dans le monde se trouvent en Afrique et, sur les 134 millions de comptes actifs répertoriés en 2015, 84 millions sont en Afrique subsaharienne, devenue le véritable épicentre de la « mobile money », selon les données de la GSMA (l’association mondiale des opérateurs mobiles).

« L’Afrique a été très pionnière par rapport à l’Asie et à l’Amérique latine en raison de son faible taux de bancarisation, de l’insécurité qui freine les déplacements dans certains pays mais surtout de la présence d’opérateurs innovants », relève Jean-Michel Huet, de BearingPoint dans une interview accordée au journal La Tribune.

Face à la multiplicité des acteurs, une stratégie globale et cohérente de gouvernance centrée sur les besoins des clients s’impose pour, à la fois permettre une meilleure interopérabilité et une garantie de résultat pour les usagers. Cette stratégie devrait prendre en compte trois axes :

1-        le changement des usages avec la création de nouveaux besoins

2-        l’évolution rapide des technologies

3-        la multiplication des acteurs.

A ce titre l’ANRT, la Banque Al-Maghrib et d’autres institutions mettent en œuvre des règles techniques, Économiques et réglementaires pour la création d’une plateforme partagée permettant d’offrir des solutions de paiement via téléphone mobile aux utilisateurs finaux.

Au programme du Mpay Forum 4 panels d’experts et des retours d’expériences en vue de faire émerger les meilleures pratiques:

  • Les enjeux du Mobile Paiement pour le Maroc dès 2017 : apports, défis et opportunités
  • Quels leviers pour promouvoir et inciter l’usage du Mpaiement au Maroc ?
  • Mpaiement : vers quel modèle d’interopérabilité ? Quelles sont les contraintes techniques et réglementaires à lever ?
  • M-paiement et confiance numérique

Pour Cio-Mag, il s’agit de réunir les acteurs du secteur bancaire (Banque Al-Maghrib, Attijariwafa Bank), le régulateur(ANRT), les opérateurs mobiles (Maroc Telecom, Inwi) , les développeurs d’applications et les usagers (AUSIM)  pour discuter sur les enjeux du Mpaiement et du Mbanking dans la transformation numérique.

A l’issue de cette journée d’échange, nous publierons les recommandations et les actes issus de cette rencontre de Casablanca, dans notre magazine à travers un dossier spécial.

Après le sommet de Dakar  sur la transition énergétique, celui de Lomé sur les objets connectés et l’e-agriculture, et celui de Cotonou sur la cybersécurité, le rendez-vous de Casablanca  constituera  la 4ème étape du Digital African Tour 2017 entrepris par Cio-Mag.

Un tour d’Afrique en 10 étapes pour promouvoir les meilleures pratiques en matière de transformation digitale et mobiliser  les IT managers africains autour d’une future Fédération Panafricaine des Acteurs du Numérique.

Le 22 février à Dakar, les représentants des Clubs DSI de sept pays présents (Sénégal, Côte d’Ivoire, Maroc, Tunisie, Mali, Bénin et Togo) ont décidé de passer à l’acte en posant les fondations de cette future fédération. Une série de rencontres sont prévues avec l’objectif  de donner naissance officiellement à cette fédération à l’automne prochain.

Le Mpay Forum servira aussi de préambule au Salon International de l’AITEX (27-29 septembre 2017), un des événements phare du calendrier des décideurs africains, auquel Cio-Mag est associé.

Inscrivez-vous dès maintenant au Mpay Forum de Casablanca

loho DAT 250x250

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE