A la découverte de téléphones « made in Rdc », dotés d’une technologie exclusive

Jean Bele, fondateur de la marque Okapi

Okapi est une marque de téléphones créée par Jean Bele, chercheur en physique nucléaire à l’Université américaine Massachussetts Institute of Technologie (MIT). Cette marque propose des tablettes, kits oreillettes, chargeurs solaires et téléphones intelligents grâce à l’utilisation d’une technologie exclusive.

(Cio mag) – Créée en 2019 par Jean Bele, chercheur en Physique nucléaire à l’Université américaine Massachussetts Institute of Technologie (MIT), la marque Okapi veut changer la donne du marché de la téléphonie mobile en République Démocratique du Congo.

« Okapi est une marque nationale pour la République Démocratique du Congo qui fera la fierté de l’Afrique et développera davantage les capacités du continent en matière de production et de technologie. Elle vise également à créer de l’emploi en RDC », peut-on lire sur son portail.

Des fonctionnalités uniques

Okapi utilise une technologie exclusive et unique qui permet de fournir des fonctionnalités sur ses Smartphones au niveau de la résistance à la poussière, à l’eau, la reconnaissance faciale et la détection d’empreintes digitales.

En 2019 après sa création, les téléphones de cette marque ont été commercialisés à Kinshasa, la capitale de la RDC et aux Etats-Unis pour « garantir ses performances et recueillir ainsi les commentaires des utilisateurs ». Une année plus tard, elle a présenté une série de téléphones intelligents de première génération, dont, les Smartphones, les tablettes, les kits oreillettes et les chargeurs solaires.

Inspirée par Okapi, cet animal qu’on ne peut retrouver qu’en République Démocratique du Congo, cette marque est gérée par Ujengo Lab LLC, un incubateur et centre de développement des solutions technologiques. Ainsi, après ses premiers pas plutôt réussis sur le marché de la téléphonie mobile en République démocratique du Congo, cette marque projette améliorer son support et explorer les opportunités pour développer les capacités d’assemblage et de fabrication.

Enock Bulonza, Kinshasa

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE