Afrique du Sud, Ile Maurice, Seychelles… Focus sur ces pays champions de l’e-gouvernement en Afrique en 2022

L’Afrique du Sud, L’ile Maurice et les Seychelles coiffent respectivement le trio des seize (16) pays africains qui ont fait des progrès significatifs en matière d’administration électronique en 2022. Ce classement ressort de la 12e édition de l’enquête du département des affaires économiques et sociales du secrétariat des Nations unies sur l’e-gouvernement au monde.

(Cio mag) – L’Afrique n’est pas en reste dans la mise en application de l’e-gouvernement. Au cours de ces deux dernières années, le continent a réalisé un progrès significatif, avec une augmentation de 3,6 % de sa valeur moyenne de l’indice de développement de l’e-gouvernement (EGDI). Toutefois, sa moyenne reste inférieure à la moyenne mondiale de 0,6102, note le rapport de l’enquête du département des affaires économiques et sociales du secrétariat des Nations unies sur l’e-gouvernement au monde. Retour sur les performances des têtes d’affiches africaines en matières de l’e-gouvernement.

1.L’Afrique du Sud

Ce pays d’Afrique australe caracole en première position en matière du développement de l’e-gouvernance, avec une valeur de 0,7357. Une nette amélioration par rapport à l’année 2020 où le pays avait un score de 0.6891. Cette progression est en effet le résultat des efforts fournis par le gouvernement sud-africain. En effet, le pays dispose d’un plan de développement national : vision 2030 pour comprendre la stratégie et la feuille de route nationale en matière d’e-gouvernement. En même temps, ces deux dernières années, l’Afrique du Sud a accéléré la mise en place de la gouvernance électronique, avec à la clé, la création d’une société numérique inclusive et la mise en place d’environ 150 services publics, tels que tels que l’enregistrement des entreprises en ligne, la demande des permis d’exportation, et le payement en ligne des impôts sur le portail du gouvernement. Ceci, pour permettre aux citoyens d’avoir d’accès aux services publics conformément à la vision des autorités en place.

2. Ile Maurice

Deuxième du fil régional, l’Ile Maurice se démarque avec une valeur de 0.7201. Une petite progression, mais significative, par rapport à 2020 où il a décroché encore un score honorable de 0.7196. Situé au cœur de l’océan indien, l’Ile Maurice dispose depuis 2013 d’une stratégie nationale de gouvernance électronique pour permettre aux citoyens d’accéder aux services publics. Déjà en 2018, environ 75 ℅ de cette stratégie avait été mise en œuvre. Un coup de génie qui a contribué à l’intégration davantage de l’e-payement, les signatures numériques, la gestion en ligne des documents et l’e-procurement. Pour la pérennisation de ces acquis, les autorités mauriciennes ont mis en place une autre stratégie horizon 2018-2022 dénommée : Governement transformation strategy pour ainsi optimiser, transformer et créer de meilleurs services gouvernementaux

3. Seychelles

Petit pays situé dans l’océan indien, les Seychelles est le dernier du trio. Avec un score de 0.6920 à l’indice de développement de l’e-gouvernement, ce pays a amorcé une importante transformation numérique depuis le début de la pandémie de Covid-19. En à en croire le rapport de l’enquête, « la transformation numérique dans le pays n’a pas atteint son plein potentiel, en grande partie en raison de la lenteur de la vitesse et du coût élevé des services Internet ». Pour autant, le gouvernement est toujours engagé dans la lutte contre la fracture numérique.

Parlant de la suite du classement, la Tunisie et le Maroc occupent respectivement la quatrième et la cinquième place de l’indice de développement de l’e-gouvernement (IEDG). L’Egypte (6e), le Ghana (7e), le Cap vert (8e), l’Algérie (9e), le Kenya (10e), le Gabon (11e), le Botswana (12e), le Rwanda (13e), la Cote d’Ivoire (14e), la Namibie (15e) et la Zambie (16e) complètent le classement. S’agissant du Rwanda, il faut noter qu’il est en pole position au niveau de l’indice des services offerts en ligne (OSI). L’enquête indique que le succès du pays des mille collines au niveau des services offerts en ligne « découle d’une vision à long terme qui a été initiée en 2000 et réalisée en 2020 avec le plan directeur Smart Rwanda ». Cette vision se matérialise aussi par la mise en place de la plateforme institutionnelle Irembo et l’accroissement de l’accès aux technologies de l’information et de la communication. « D’ici 2024, le gouvernement s’est engagé à rendre ses services disponibles en ligne 24 heures sur 24 », lit-on dans le rapport.

Le département des affaires économiques et sociales du secrétariat des Nations unies est une interface essentielle entre les politiques mondiales dans les domaines économique, social et environnemental et l’action nationale. La publication de son 12e enquête intervient après le choc de la pandémie du Covid-19 sur le système économique mondial. Elle met en évidence trois critères : le développement des infrastructures de télécommunication, le capital humain et les services en ligne.

 

Enock Bulonza

Tech Journaliste et correspondant de CIO MAG en RDC

View All Posts