Alpha Barry : «Atos réalise pour ses clients des solutions de modernisation de data center en termes d’infrastructure hardware»

Atos poursuit son engagement en faveur des entreprises dans leur processus d’adaptation aux exigences technologiques. Concrètement quelles sont les actions du Groupe en termes de déploiement et de construction des infrastructures d’entreprises ? Comment Atos aide-t-il les opérateurs télécoms, les banques et les organisations gouvernementales dans l’industrialisation de leurs infrastructures ? Eléments de réponse dans cet entretien avec Alpha Barry, CEO d’Atos Afrique.

Cio Mag : De prime abord, qu’est-ce-que nos milliers d’internautes peuvent retenir de « l’infrastructure numérique d’une entreprise » ?

Alpha Barry : L’infrastructure numérique d’une entreprise, ou d’une organisation en général, est l’ensemble des équipements informatiques hardware (internalisé, externalisé ou au travers du cloud), et software dont les applications sont destinées à la gestion interne de l’entreprise (finance, production, ressources humaines) et également à la relation client autour de solutions numériques accessibles par les clients de l’entreprise ou de l’organisation.

L’objectif de l’ensemble du dispositif d’infrastructures numériques est de permettre la gestion et l’exploitation des données de l’entreprise, de sources interne et externe, en vue de l’amélioration de la performance économique globale de l’entreprise/organisation.

Quels sont les avantages que les entreprises peuvent tirer dans l’adaptation de leurs infrastructures aux exigences technologiques ?

Les avantages sont nombreux, je vais en citer deux : le premier qui est le plus visible est le potentiel de croissance du chiffre d’affaires de l’entreprise via les applications digitales B2B ou B2C qui deviennent accessibles par un plus grand nombre de clients sur des plateformes numériques et non plus seulement par des contacts courrier ou « face to face ».

Le second avantage lié au premier est une augmentation de la productivité de l’entreprise, de sa performance économique globale mais aussi de sa gouvernance, plus fluide et plus transparente en raison de l’automatisation de nombreuses tâches.

Quelles sont les conditions que les entreprises doivent réunir pour faciliter l’interopérabilité de leurs systèmes d’infrastructures numériques ?

L’interopérabilité est un vrai challenge pour toutes les entreprises en raison d’investissements informatiques successifs qui se suivent et ne communiquent pas toujours entre eux. Chez Atos, nous conseillons toujours à nos clients d’effectuer des investissements qui soient inscrits sur un plan stratégique global que nous aidons à définir. Par ailleurs, de nombreuses solutions sont proposées aux entreprises dans un programme de migration de leurs applications vers le cloud (qu’il soit privé, public ou hybride), ce qui peut permettre de résoudre les problèmes d’interopérabilité des systèmes.

« Nous accompagnons dans leur stratégie de migration vers le cloud au travers de notre offre Atos One Cloud qui permet d’accompagner nos clients, étape par étape, dans leur stratégie de migration vers le cloud »

Quelle est la valeur ajoutée du cloud dans le déploiement et l’industrialisation de l’infrastructure des entreprises ?

La valeur ajoutée du cloud est le remplacement de montants Capex élevés par des dépenses courantes ajustables suivant les besoins de l’entreprise ou de l’organisation. In fine, la valeur ajoutée pourra être mesurée par la réduction à terme du TCO, c’est-à-dire le coût total de l‘informatique de l’entreprise.

En plus de ces avantages financiers, le cloud permet une accélération du Time To Market pour les entreprises. En effet, il permet la mise à disposition d’infrastructures illimitées qu’il suffit d’activer (il n’y a pas besoin de passer par des projets d’extension de data center, etc.), en termes de hardware mais aussi de couches de SaaS (Software As A service) qui rend prêtes à l’emploi des applications très performantes.

Cependant, le cloud ne fait pas de miracle s’il n’est pas bien préparé et bien exécuté. Chez Atos, nous accompagnons dans leur stratégie de migration vers le cloud au travers de notre offre Atos One Cloud qui permet d’accompagner nos clients, étape par étape, dans leur stratégie de migration vers le cloud.

Parlez-nous des défis de l’industrialisation des infrastructures d’entreprises ?

Les défis de l’industrialisation des infrastructures d’entreprises sont nombreux, j’en citerai deux :

  • Les choix technologiques qui doivent privilégier autant que faire se peut des systèmes ouverts pour éviter les pièges des « vendor lock-in » qui empêchent la flexibilité des choix ultérieurs ;
  • La réflexion approfondie entre l’option investissements « on premise », c’est-à-dire internes à l’entreprise ou l’option cloud qui évite les investissements lourds en début de projet. Un compromis pouvant être le cloud hybride qui consisterait à migrer sur le cloud les applications moins critiques (exemple la messagerie) ou conserver en interne les applications métier sensibles.

« Nous disposons d’offres adaptées aux PME… »

De manière concrète, comment Atos aide-t-il les entreprises dans l’industrialisation de leurs infrastructures ? A titre d’exemple, pouvez-vous citer certaines qui ont déjà bénéficié de votre expertise ?

Atos dispose d’une offre qui va des supercalculateurs, des serveurs, de l’intégration d’application à la sécurisation des données des entreprises, cela avec une approche décarbonée.

Atos réalise pour ses clients la conception et le déploiement, avec ses partenaires, des solutions de modernisation de data center en termes d’infrastructure hardware (serveurs avec des capacités de calcul de très haute performance, stockage de données, réseaux, etc.), de maintenance, mais également d’intégration de solutions logicielles ERP et enfin de développement de solutions numériques personnalisées.

En Afrique, nous équipons de nombreux opérateurs télécoms, des banques et des organisations gouvernementales, intégrons des solutions de type SAP, par exemple, et en assurons la maintenance matérielle et applicative. J’ajoute qu’Atos propose aussi à ses clients et prospects la gestion transparente et sécurisée de leur infrastructure dans un modèle de Cloud Hybride mêlant à la fois des infrastructures locales et des infrastructures cloud dans le respect des législations en vigueur et en tirant plein avantage des apports du cloud.

Pouvons-nous dire que « la Carte Atos » est une solution en termes de déploiement et de construction des infrastructures des entreprises ?

La réponse est oui, et Atos dispose, en plus de ses propres capacités de R&D, d’usine de fabrication de serveurs, de partenaires de longue date pour couvrir le spectre des besoins d’infrastructure de nos clients ou prospects.

Les entreprises à revenu moyen peuvent-elles aussi profiter de l’expertise d’Atos en matière d’industrialisation de leurs infrastructures ?

Il est vrai que nous adressons principalement des entreprises et organisations de relativement grande taille mais nous disposons d’offres adaptées aux PME, souvent avec nos partenaires locaux, pour répondre à des besoins plus modestes en termes de budget.

Enock Bulonza

Journaliste Tech et observateur des enjeux socio-économiques des médias. Correspondant en RDC pour CIO-MAG

View All Posts