ATDA 2019 : l’humain au coeur de la transformation des villes africaines

0
1990

(Cio Mag) – Les Assises de la transformation digitale africaine se sont déroulées à Paris les 28 et 29 novembre. Pour cette 8ème édition, les « Smart cities » étaient à l’honneur. Un préalable au Sommet Afrique – France 2020, qui aura cette année pour thème les villes durables.

Mécanismes de financement des villes intelligentes, « Smart villages », protection des données personnelles, mobilité urbaine ou encore nouveaux métiers pour créer la ville de demain. Pendant deux jours, les acteurs publics et privés du continent se sont réunis autour de ces questions stratégiques, à la Maison de la Radio, dans le 16e arrondissement de la capitale française. L’événement, organisé par CIO Mag, se voulait une sorte de répétition du Sommet Afrique – France, qui se déroulera en juin à Bordeaux, et qui s’intéressera cette année à la ville durable. « C’est en Afrique que sera inventée la ville durable de demain », a ainsi lancé Stéphanie Rivoal, Secrétaire générale du Sommet Afrique France, reprenant les éléments de discours du président Macron à Ouagadougou, en 2017.

« Nous avons approché le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour travailler ensemble sur le thème du sommet Afrique France. Ainsi, nous avons été associés à cette réflexion, pour que les Assises de la transformation digitale servent d’antichambre afin de remonter des réflexions sur la ville durable de demain », a expliqué Mohamadou Diallo, directeur général de CIO Mag, à l’ouverture de ces Assises.

Et de citer l’exemple de Diamniadio, au Sénégal, qui « devait réfléchir, en amont, sur la gestion des déchets, la gestion de l’énergie ainsi que la gestion de l’ensemble des autres facteurs pour les optimiser ».

Outre la Sénégalaise, d’autres villes étaient mises à l’honneur lors de cette rencontre : le Grand Niger, Wakanda, au Rwanda, le Grand Casablanca, Alger et Bizerte, en Tunisie.

De nombreuses personnalités avaient fait le déplacement pour l’occasion, dont Elisabeth Moreno, directrice de HP Afrique, le président de l’association Digital Africa et ancien membre du Conseil présidentiel pour l’Afrique du président français Emmanuel Macron, Karim Sy, en passant par le Maire de la ville de Bizerte. « Lors des premières Assises sur la transformation digitale, nous avions du mal à mobiliser 30 personnes. Aujourd’hui, la salle est bien remplie et ces conférences démontrent que quelque chose a changé. Nous avons participé à cet effort d’évangélisation », s’est réjoui Mohamadou Diallo.

L’humain d’abord

Lors des différentes tables rondes et keynote, plusieurs thématiques ont été abordées : les rapports entre intelligence artificielle et objets connectés, la conception et le déploiement des villes durables, l’adoption de nouveaux comportements par les usagers à l’heure de la révolution numérique entre autres. Au cours des débats, une réflexion est revenue sans cesse : peu importe la définition que l’on donne à la ville durable, au bout du compte, le citoyen doit en être le centre. Ces « Smart cities » ont comme objectif d’offrir aux habitants un quotidien plus agréable, en améliorant plusieurs aspects allant des transports au travail, en passant par la santé et l’éducation. Mais l’essor de la technologie dans ces villes nouvelles ne doit pas faire oublier les dérives possibles, notamment en termes de protection des données.

Une conviction que partage Stéphanie Rivoal. « La vraie question à se poser est le dosage entre l’intelligence artificielle et la préservation de l’environnement et de l’humain », a-t-elle ainsi alerté.

Une certitude, pour répondre aux défis de demain, en Afrique comme ailleurs dans le monde, la transformation des villes est inévitable, et le numérique est au cœur de ces changements. Le succès de l’édition 2019 de ces ATDA en est bien une nouvelle preuve.

Elimane

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here