ATDA 2022 : transformation numérique intelligente et durable

Le 4e et dernier keynote de la première journée de la 11e édition des Assises de la transformation digitale en Afrique (ATDA) a présenté les avantages de la transformation numérique intelligente et durable. Ce keynote a été animé par le Dr Chaeasub Lee, directeur du bureau de la normalisation de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

(Cio Mag) – Depuis quelques décennies, le concept transformation numérique intelligente et durable fait la une des salons technologiques. Cependant, d’aucuns se posent la question sur son sens, son impact sur le quotidien de l’homme et le fonctionnement de l’entreprise. Durant sa communication, Dr Chaeasub Lee est revenu sur ces préoccupations. Ainsi, il a noté que la transformation numérique intelligente et durable vise à assurer « des services continus et interopérables sans faille ».

Faciliter le quotidien des hommes

En effet, la transformation numérique intelligente et durable s’inscrit sur le long terme. Elle intervient dans tous les domaines de la vie suite à ses trois dimensions (environnementale, économique et sociale) qui tiennent compte des particularités de chaque pays. Concrètement, ces trois dimensions déterminent « la grande capacité d’agilité de la transformation numérique et son apport dans le développement des solutions susceptibles de faciliter le quotidien de l’homme », a noté Dr Chaeasub.

Ainsi, sur la dimension sociale, la transformation digitale joue un rôle de premier rang dans l’interaction entre les hommes suite à l’interconnectivité, l’expansion de la culture et le partage d’expériences. Sur la dimension économique, elle constitue un vecteur d’optimisation du travail et de déploiement des innovations technologiques au sein de l’entreprise. Donc, elle impulse plusieurs nouvelles tendances technologiques parmi lesquelles : l’agritech, la smart city, l’administration électronique, la virtualisation, le cloud, le metaverse et l’e-santé. « La transformation numérique et durable peut être définie aussi comme la capacité à maintenir ou à améliorer l’état et la disponibilité des matériaux ou des conditions souhaitables sur le long terme », a déclaré M. Lee.

La dimension environnementale

L’aspect écologique n’échappe pas à la transformation numérique intelligente et durable. Elle constitue d’ailleurs sa dernière dimension. Dans ce cadre, elle est comprise comme une forme « d’éthique intergénérationnelle dans laquelle les actions environnementales et économiques entreprises par les personnes présentes ne diminuent pas les opportunités des personnes futures de profiter de niveaux similaires d’utilité de ressources économique et environnementale », a-t-il précisé. Cette vision futuriste signifie « répondre à nos propres besoins sans admettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs, par dépendance aux ressources naturelles », a-t-il renchéri.

Pour rappel, cette 11e édition des Assises de la transformation digitale en Afrique (ATDA) s’est tenue du 15 au 16 décembre au Centre international des conférences à Genève en Suisse sous le thème : « Confiance, souveraineté, inclusion : Enjeux et perspectives pour l’Afrique ». Elle a été placée sous le haut patronage de SEM Macky SALL, Président de la République du Sénégal et Président en exercice de l’Union Africaine ; avec le soutien de Smart Africa, l’Union internationale des Télécommunications (UIT) et l’International Trade Centre (ITC).

Retrouvez ici le replay

Enock Bulonza

ICT content producer. Cio-Mag correspondent in the Great lakes region Africa

View All Posts