Au Bénin, un nouvel espace de fabrication numérique ouvre ses portes

0
683
Médard Agbayazon, Président des Blolabs du Bénin

(Cio Mag) – Conformément à sa vision d’essaimage, Blolab, premier laboratoire de fabrication numérique au Bénin ouvre de nouveaux locaux ce mercredi 13 novembre à Porto-Novo, capitale politique du Bénin, située à 41km de Cotonou, la capitale économique.

L’objectif demeure le même avec la création de ce nouveau centre : « habituer les jeunes à l’utilisation des technologies, à la diffusion de l’esprit de la création et à l’innovation par l’intermédiaire d’une culture de l’apprentissage expérientiel. » En effet, le blolab est un espace de co-working ouvert aux développeurs, geeks, hackers, designers, artistes et curieux s’intéressant à la création et à l’innovation technologique.

Il œuvre à la promotion et à la formation sur les technologies innovantes, à travers des séminaires, bootcamps, hackathons, conférences et autres activités de démystification technologique. « Les Fablabs sont des outils de développement. Ils sont au cœur des défis numériques de l’Afrique et du monde. Nous l’avons compris très tôt en créant le premier espace du genre pour contribuer à bâtir notre pays, en appuyant sur les leviers forts », confesse Médard Agbayazon, Président du Blolab, en annonçant l’inauguration de Blolab Porto-Novo sur sa page Facebook.

ATDA Paris 2019 : « Smart Cities : Quelles innovations pour la ville durable en Afrique ? »

Création d’une nouvelle communauté

Depuis la création de Blolab Cotonou en 2016, l’espace a mobilisé et formé une forte communauté avec des profils diversifiés. Il a créé de la valeur ajoutée à l’écosystème numérique béninois, tout en ayant de l’impact par le biais de ses actions. A Porto-Novo, Médard Agbayazon et ses équipes veulent créer « une nouvelle communauté à forger, à éclairer, à éduquer, à accompagner et à rendre utile. »

« Nous ne sommes pas qu’un hub d’innovation numérique et un espace de démocratisation technologique. Nous sommes un écosystème entreprenant, un commun, un lieu transdisciplinaire et d’acculturation numérique. Nous ne sommes pas non plus qu’orientés vers les « sachants » du monde numérique, du fait de la transversalité qui caractérise le numérique », insiste le digital strategist, très engagé dans la transformation numérique de l’Afrique.

Michaël Tchokpodo, Bénin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here