Bénin : l’Arcep fixe les périmètres, mesures de sécurité et règles de camouflage des sites radioélectriques

Au Bénin, l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (ARCEP) a statué sur l’installation des sites radioélectriques sur l’ensemble du territoire. Elle a énoncé un certain nombre de mesures dont la non-observance est passible de sanctions, conformément aux dispositions légales en vigueur.

(Cio Mag) – Désormais, plus d’installations anarchiques de sites radioélectriques au Bénin ! Alors qu’il n’est pas rare d’en trouver qui jouxte des domiciles ou en pleine agglomération, l’Arcep a décidé d’y mettre fin à travers une décision prise le 29 juillet 2022. Laquelle fixe les périmètres et mesures de sécurité et règles de camouflage en république du Bénin.

S’agissant des périmètres et mesures de sécurité, l’organe de régulation prévoit que la distance minimale séparant l’axe principal d’un pylône d’une propriété immédiate, qu’elle soit habitée ou non, doit être un rayon de 10 m pour les pylônes implantés au sol jusqu’à une hauteur de 9 m.

En effet, les sites radioélectriques sont généralement implantés au sol ou sur des toits d’immeubles. S’ils sont installés sur des points hauts, il faut un rayon de 8,5 m dépassant une hauteur de 9 m pour être rassuré du niveau de sécurité.

De même, une clôture est exigée autour des sites radioélectriques « pour protéger le public de toute exposition aux rayonnements et d’accidents liés aux chutes éventuelles d’équipements installés sur les pylônes. » Autant de mesures pour assurer la sécurité physique et sanitaire des populations.

Mise en règle

Dans les zones urbaines des communes à statut particulier et intermédiaires, le camouflage des sites radioélectriques devient une exigence majeure. Cette méthode consiste à permettre à l’infrastructure de passer inaperçu dans son environnement. Ainsi, le choix du type de camouflage doit tenir compte de l’intégrité visuelle des bâtiments. Ce n’est pas tout : le déploiement de tout type de camouflage doit d’abord être soumis à l’appréciation de l’Arcep.

Celle-ci en appelle d’ores-et-déjà à la mise en conformité des opérateurs de réseaux mobiles.

« En ce qui concerne les périmètres de sécurité, les opérateurs de réseaux mobiles disposent d’un délai de 3 ans pour la mise en conformité de leurs sites radioélectriques existant avant l’entrée en vigueur de cette décision », invite l’Arcep. Cependant, l’autorité de régulation accorde un délai de 2 ans aux opérateurs de réseaux mobiles pour se mettre en règle quant au déploiement du camouflage.

Michaël Tchokpodo

Michaël Tchokpodo est journaliste communiquant, grand observateur des mutations relatives aux technologies numériques et au développement durable. Correspondant au Bénin pour CIO Mag.

View All Posts