Cameroun : la bourse du livre désormais en version numérique

0
7038
Ferdinand Nana Payong, promoteur de la bourse du livre au Cameroun.

La bourse du livre est désormais en version numérique pour faciliter l’échange, la vente, l’emprunt  ou l’achat de tout livre. 

(CIO Mag) – « Bourse du livre 2.0 », c’est l’application qui va permettre aux utilisateurs désormais  d’avoir accès aux ouvrages en ligne, quelque soit votre lieu de résidence. Cette autre  invention de Ferdinand Nana Payong, premier camerounais  depuis  1990 à créer la Bourse du livre au Cameroun-événement qui a embrasé toutes les villes du Cameroun, se démarque cette  fois avec une nouveauté : la vente des livres en ligne. Il faut le relever, les parents d’élèves  ont vu alléger leurs charges pendant les rentrées scalaires parce qu’ils pouvaient échanger les livres sans trop de peine pour la nouvelle année scolaire. De nombreuses années après  soit prés de 25 ans Ferdinand Nana Payong, promoteur incontesté de la bourse du livre, revient avec un nouveau concept plus dynamique et  très révolutionnaire. A savoir l’application « bourse du livre 2.0 » grâce à laquelle les africains pourront échanger, emprunter, vendre ou acheter leurs livres quelques soit leur lieu de résidence.

En tout cas, dés la publication d’un livre depuis n’importe quel coin du monde, chacun peut se l’approprier via cette version numérique de la Bourse. « Notre nouveau modèle économique permettra de proposer des livres à des coûts et formules exceptionnels, d’accéder aux livres facilement et rapidement via les Smartphones »,  explique le promoteur Nana Payong. Quelque soit le lieu où il se trouve, l’utilisateur navigue dans un immense fonds bibliographique où il peut acheter, vendre, suggérer et échanger tous les genres littéraires, et même partager ses impressions de lecture et ses découvertes. L’application peut aussi permettre aux auteurs africains de faire lire leurs publications à travers le monde, au sein des diasporas ou de ceux qui sont intéressés par leurs ouvrages.

Une fois connecté,  dés que l’application signale la disponibilité du livre, l’utilisateur paye avant sa livraison. Pour ceux qui désirent vendre un livre, ils ont le choix entre le mettre à la disponibilité de la bourse du livre pour qu’elle s’occupe de la vente ou alors vendre le livre directement sur la plateforme.  Les services de la bourse s’occupent de l’aspect logistique.  Le paiement, selon le promoteur, se fera selon deux modes,  à savoir le transfert d’argent ou le paiement mobile. Reste alors à régler la question du code ISBN qui permet d’identifier un livre. Sur ce point, le promoteur compte rencontrer les ministres de la culture et du commerce  du Cameroun pour proposer la solution technologique apportée par ses partenaires.

Il faut toutefois souligner que l’application a le  mérite de régler le problème de la traçabilité dans la vente des ouvrages. Chaque fois que le livre est vendu, le vendeur est informé par un clic de la transaction. Ce qui est aussi intéressant pour l’auteur qui jusqu’ici, se contentait de vendre son livre le jour de la dédicace ou autour de lui. « Nous allons multiplier le nombre de librairies à l’infini parce qu’aujourd’hui, dans la plupart des pays africains, on ne trouve pas des livres actuels simplement parce que les éditeurs du monde n’ont pas trouvé de partenaires qui peuvent diffuser leurs livres », nous précise  l’initiateur de la vente  du livre sur la toile. Un problème auquel Nana Payong croit trouver une solution avec l’application Bourse du livre 2.0. Le promoteur annonce le lancement officiel de l’application lors de la célébration du vingt-cinquième anniversaire de la bourse du livre. Ladite application vise en effet à  résoudre le problème de développement du concept tel qu’imaginé au départ, à savoir qu’un lecteur, chercheur ou étudiant qui se trouve dans n’importe quelle ville, il suffira pour lui d’aller sur la plateforme dés l’annonce ou la publication d’un livre, ou encore, s’il veut échanger ou emprunter un livre.

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here