Cameroun : le régulateur télécoms somme Nexttel de « rétablir sans délais » les interconnexions coupées à Kakotel S.A

0
641
Philémon Zo'o Zame, Dg ART Cameroun

(CIO Mag) – Depuis l’obtention de sa licence le 16 février 2018, Kakotel SA a du mal à lancer ses activités parce que les trois grands opérateurs du secteur (Nexttel, Orange et MTN) tardent à établir une réelle interconnexion des services SMS et la terminaison d’appels avec le jeune opérateur. Portée devant le régulateur (l’ART) par Kakotel SA, l’affaire semble avancer. « Dans le cadre du litige d’interconnexion, des séances de conciliation sont en cours à l’Agence de régulation des télécommunications en vue de trouver une solution à l’amiable à ce problème. Par de rétablir ces interconnexions sans délai », a écrit le DG  de l’ART à celui de Viettel Cameroun.

Pour le PDG de Kakotel SA cette décision n’est que justice. « L’ART en enjoignant Nexttel de nous reconnecter sans délai, vient sur le tard réparer une injustice et un abus de position dominante qui n’est d’ailleurs pas propre uniquement à Nexttel, puisque MTN et Orange ont fait pire en refusant carrément de nous interconnecter pour des raisons plus ou moins loufoques n’ayant rien à voir avec la réglementation », a expliqué Joseph Kamgue. A cet effet, ce dernier encourage le régulateur, à « sanctionner avec énergie, afin que personne d’autre ne puisse plus s’aventurer sur ce chemin là » ajoute-t-il. Pour lui, ce refus d’interconnexion participe à la destruction de l’image de son entreprise et de la perte de sa crédibilité auprès de ses partenaires.

Pourtant, au sujet de l’interconnexion, d’accès aux réseaux de communications électroniques ouverts au public et de partage des infrastructures les conditions légales basées sur le décret précité précise en son article 12 que : « Les opérateurs de réseaux de communications électroniques ouverts au public, titulaires d’une concession, sont tenues de faire droit, dans les conditions objectives, transparentes et non discriminatoires, aux demandes d’interconnexion et d’accès au réseau de tout opérateur des services de communications électroniques ouvert au public, titulaire d’une concession, d’une licence ou d’un récépissé de déclaration. »

Toutefois, le courroux du PDG de Kakotel SA, Joseph Kamgue est à son comble. « Notre crédibilité à la banque est également détruite. Car de l’entreprise modèle que l’on était, on s’est retrouvé blacklisté à cause de ces entreprises qui se croient tout permis. Comment voulez-vous qu’une banque fasse confiance aux startups dans ces  conditions ? » s’interroge le promoteur de Kakotel SA.

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here