Centrafrique: les données sur le paludisme collectées par le mobile

Centrafrique paludisme

 

(Cio Mag) – Grâce à une subvention du Fonds mondial de l’ordre de 15 millions d’euros, soit environ 10 milliards de francs Cfa, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a distribué du matériel, dont des téléphones mobiles, pour aider à la collecte de données sur le paludisme, rapporte un communiqué rendu public ce jeudi 19 mars 2015 à Bangui, la capitale de la République centrafricaine.

Selon ledit communiqué, Dr Scholastic Ouba-Mossorro a fait observer depuis son bureau du centre de santé de Potevu de Bangui que c’est plus facile et plus rapide de transmettre les données via le mobile. «Nous n’avons pas besoin d’attendre des jours pour aller en personne transmettre les données. Il est désormais possible de transmettre nos données à temps, y compris en plein cœur des conflits lorsque les déplacements deviennent difficiles à cause de l’insécurité», note-t-il.

 

Rétroaction instantanée

Toujours selon le communiqué, ce système de transmission de rapports par SMS ou par courrier électronique est «conçu pour permettre une rétroaction instantanée de l’équipe de suivi et d’évaluation sur la qualité des données collectées». Le texte ajoute que grâce à ce procédé, «les habitants des régions peuvent également partager instantanément leurs difficultés avec l’équipe en utilisant les mêmes canaux». Ainsi, les données qui mettaient six mois ou plus pour aller de l’extérieur de Bangui à l’équipe de production de rapports ne prennent plus que quelques secondes.

Dans l’optique de mener à bien ce projet, 20 points focaux de paludisme à l’extérieur de Bangui ont été formés à cette méthode de transmission de rapports et des plans sont en place pour disposer d’au moins un point focal formé dans chacune des 74 sous-préfectures du pays avant la fin de mars. À terme, il sera possible d’obtenir des données sur le paludisme et même le VIH ou la tuberculose de chaque sous-préfecture sur une base mensuelle.

Mais déjà, les responsables du projet observent avec satisfaction que les points focaux utilisent leurs téléphones mobiles pour communiquer les données à temps, et cela porte des fruits.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE