Comment booster les startups camerounaises ?

1
999
De Jeunes startuppeurs camerounais

(CIO-MAG)- le premier forum sur l’économie numérique s’est achevé il y a quelques jours à Yaoundé. Et une série de questions demeurent tout de même posées. Que font les grands argentiers de l’Afrique en général, ceux du Cameroun en particulier pour prendre en charge la jeunesse camerounaise qui met tout en œuvre pour être à la pointe du numérique ? Où sont les banques qui sont en surliquidités pour apporter leur appui financier aux inventeurs camerounais ? Est-ce que le pays de Paul Biya  a mis en place une politique adéquate pour financer et au besoin récupérer plus tard les fonds alloués à ses jeunes startups ? Pourquoi le ministère des Postes et Télécommunications  de madame Libom Li Likeng à travers le FST  (Fonds Spécial des Télécommunications) n’élargit-t-il pas son champ d’action en apportant un appui conséquent aux jeunes startuppers ? Ou alors, le gouvernement de Yang Philémon souhaite voir que ce mode d’appui ou de financement vienne des étrangers ? Autant de questions posées et bien d’autres encore à l’exemple de celle des municipalités qui délaissent les jeunes inventeurs  de leur Commune d’Arrondissement.

GJIMGOU Barthélémy - Maire de la Comune de BANDJA Président du syndicat des commune du Haut-Nkam
GJIMGOU Barthélémy – Maire de la Comune de BANDJA Président du syndicat des commune du Haut-Nkam

Malgré tout, le soleil brillera un jour pour ces jeunes camerounais qui tous les jours ne cessent d’innover. Le Maire Djimgou Barthélémy de la Commune de Bandja (qui vient de recevoir le prix des Managers de l’année 2016 de l’Excellence Africaine à Yaoundé) du département du Haut-Nkam dans la région de l’Ouest du Cameroun se Projette, en sa double qualité de président du Syndicat des Communes du Haut-Nkam, avec le concours de ses paires des autres Communes, de voir dans quelle mesure soutenir les jeunes de ce département qui embrassent la filière informatique pour devenir des inventeurs de demain dans les domaines les plus prisés de l’heure.

Il ne restera qu’à espérer que les moyens de sa politique suivent. Cette volonté de mettra tout en œuvre avec les relations et les opportunités tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Cameroun, va motiver les jeunes de ces municipalités à être des startuppers que l’on recherche. Parce que, poursuit le Maire Djimgou Barthélémy, « si dans les pays de l’occident, les jeunes des Communes arrivent à être soutenus, pourquoi ceux du Cameroun ou de l’arrière-pays ne peuvent pas bénéficier autant du même soutient ? » C’est de cette manière poursuit-il que nous allons développer l’Afrique et ne plus compter tout le temps sur les compétences étrangères. Et de conclure en ces termes : «  il urge  et il importe à chaque exécutif communal du Haut-Nkam qui nourrit le même souci que moi, de voter une délibération dans ce sens ou tout simplement de prévoir ce volet dans leur prochain budget. En ce qui me concerne, je vais doter la Commune dont j’ai la charge d’une salle informatique pour commencer à parer à ce manquement ».

Cette démarche du Maire Djimgou Barthélémy confirme donc ce foisonnement incroyable de la volonté des jeunes dans ce domaine. Et, il faut les encourager. Le forum de l’économie numérique tenu tout récemment à Yaoundé à tracer les voies pour les décideurs ; les incitant à ne plus croiser les bras mais à y réfléchir  sérieusement. L’enjeu de l’économie numérique pour le Cameroun semble bien se résumer dans les préoccupations précitées.

Concertation entre les jeunes inventeurs Camerounais à la recherche de financement
Concertation entre les jeunes inventeurs Camerounais à la recherche de financement

Il y a bien longtemps en effet  que les jeunes  camerounais ont fait leurs preuves en matière d’innovation dans le domaine prometteur des TIC. A l’exemple du jeune Arthur Zang avec sa tablette « Cardiopad » qui est l’un des projets les plus aboutis en la matière sur la scène nationale. Ils sont nombreux les jeunes camerounais qui, parfois dès l’école primaire, se lancent à la conquête des TIC, dans le but  de les apprivoiser et améliorer la vie quotidienne de leurs concitoyens.

Parmi les signatures les plus célèbres du Cameroun, on peut citer Alain Nteff et son application « Gifted Mom », dédiée au suivi des femmes enceintes ; Nino Njopkou et son site de petites annonces kerawa.com pour lequel il nourrit des ambitions à la Google. En février dernier, cinq élèves  âgées entre 13 et 16 ans, développeurs d’application, recevaient aussi la recommandation des pouvoirs publics après avoir brillé au concours « Technovation ».

Les jeunes Startupeurs camerounais
Les jeunes Startupeurs camerounais

On ne peut se passer de ces jeunes ingénieux qui se comptent par milliers à Buéa dans la région du Sud-Ouest du Cameroun au point  de mériter le surnom de « Silicon Mountain ». Ils sont très nombreux, les inventeurs camerounais dans les domaines des TIC, ce qui témoigne de la parfaite santé de l’innovation dans le pays de Paul Biya.  Ce qui fait dire que  le Cameroun dispose de l’essentiel de la matière grise et les ressources humaines pour exploser dans le secteur d’avenir qu’est l’économie numérique.

Le forum de Yaoundé a été l’occasion de découvrir au centuples ces jeunes talents du numérique qui n’ont que besoin tout simplement d’un appui financier conséquent pour développer leur génie. Les politiques, du sommet à la petite échelle en ont fait leur priorité  dans leurs discours. L’attente, c’est de les voir passer à l’acte. La preuve, le président de la République camerounaise est allé plus loin en changeant la dénomination et la réorientation de l’ancienne école  nationale  supérieure des Postes et Télécommunications, adaptée  à  l’évolution des TIC.

Le moins que l’on puisse dire est que le récent forum sur l’économie numérique de Yaoundé est une autre marque  de l’attention des politiques  pour ce secteur porteur d’espoirs. Seulement, les banques et autres mécanismes de financement et d’accompagnement des jeunes dans ce domaine hésitent encore à se lancer dans un  tel investissement. Erreur ! Les jeunes camerounais ont pourtant une imagination fertile et n’attendent que des structures et des gens bien nantis leur tiennent par la main. Ceci passe ou passera par les hommes d’affaires qui ont de la vision pour garder une place de leader dans ce monde de la communication du 21éme siècle.

 

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

 

Professionnels des TIC camerounais, prenez part à l’émergence du numérique au Cameroun en participant à l’IT Forum Cameroun 2017 le 22 juin à l’Hôtel Mont Fébé. Cliquez sur l’image et inscrivez-vous !
Professionnels des TIC camerounais, prenez part à l’émergence du numérique au Cameroun en participant à l’IT Forum Cameroun 2017 le 22 juin à l’Hôtel Mont Fébé. Cliquez sur l’image et inscrivez-vous !

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here