Congo : la transition numérique et le E-learning au menu d’un échange entre l’AUF et l’Université Marien-Ngouabi

La Commission d’experts de la région Afrique centrale et des Grands Lacs de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) ainsi que les délégués de l’Université Marien-Ngouabi (UMNG) échangent du 5 au 7 septembre à Brazzaville, sur les questions relatives à la transition numérique et au E-learning au sein des universités. Objectif : examiner les initiatives, les projets liés au numérique, à la pédagogie, à l’employabilité, au programme de mobilité pour les doctorants et à la formation des formateurs provenant de la base.

(Cio Mag) – Au cours de ces assises qui s’inscrivent dans le cadre de la perspective internationale, les participants réfléchissent sur les possibilités d’accompagnement de l’élaboration d’un plan stratégique de mise en œuvre du projet de transition numérique. « En 2022, ce projet va continuer sous la forme d’un appel à projets pour travailler avec les universités de la sous-région », a déclaré Aïssatou Sy-Wonyu, directrice régionale Afrique centrale et des Grands Lacs de l’AUF.

De son côté, l’Université Marien-Ngouabi (UMNG) a salué l’engagement de l’Agence universitaire de la francophonie pour la mise en œuvre de ce projet. « Nous sommes très reconnaissants vis-à-vis de la direction régionale et de nombreuses initiatives de recherche soutenues par l’Agence universitaire de la francophonie. Une série de réformes est mise en place par ce grand réseau », a indiqué le Pr Attibayeba, vice-président de l’UMNG.

Durant trois jours, les participants à ces assises vont également examiner les initiatives qui nécessitent le financement de l’AUF. A l’issue des travaux de la première journée, Jacques Etame, président de la Commission d’experts de la de la région Afrique centrale et des Grands Lacs de l’AUF a affirmé que « l’ensemble des recommandations formulées viendrait soutenir le plan stratégique 2021-2025 de l’assemblée générale de l’AUF. Elles portent sur les enjeux majeurs : les sciences humaines et sociales de gestion, la santé et le numérique, la gouvernance universitaire, l’innovation pédagogique, la recherche et autres. Mais les projets soumis aux appels à candidature sont très peu », a-t-il déclaré aux médias locaux.

Pour rappel, le Congo a été élevé au rang de membre du conseil d’administration de l’Agence universitaire de la francophonie le 24 septembre dernier. Cette élévation permettra à cet Etat d’Afrique centrale d’être en première ligne dans les activités de l’AUF.

Enock BULONZA, Kinshasa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *