Des journalistes béninois sensibilisés sur les conditions d’utilisation de drone

Une dizaine de cadreurs et de Journalistes reporters d’images (JRI) des télévisions béninoises, ont participé ce lundi 17 mai 2021, à un atelier de renforcement des capacités sur les diverses applications des drones et la règlementation en vigueur au Bénin. L’initiative émane de l’Agence pour le développement du numérique (ADN).

(Cio mag) – Après une première partie consacrée à la présentation sur l’autorisation de survol, la lecture de carte de survol, la règlementation et les conditions d’utilisation de drones au Bénin, les participants ont assisté à une phase pratique de test de survol. « Il y a eu la phase d’initiation pour ceux qui n’ont jamais piloté un drone et de perfectionnement pour ceux qui savent le faire », précise Edmond Houngbo, journaliste en service à l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB).

Au Bénin, le pilotage de drone nécessite préalablement une formation dispensée par le centre de connaissance en robotique, Benin Flying Labs. Et son utilisation est régie par une autorisation que seule l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) accorde. Et pour cause, « Cotonou est une zone très difficile de survol, prévient Dr Daniel Tossou, Directeur général de Benin Flying Labs. Vous êtes obligés de suivre la règlementation. » Elle stipule d’ailleurs que « vous devez respecter la hauteur et la vitesse. Vous ne devez pas survoler les bases militaires, les propriétés privées. Quand vous êtes en agglomération, vous ne devez pas aller au-delà de 120m, etc. », cite Edmond Houngbo.

L’organisation de cet atelier est en phase avec les projets du gouvernement sur le passage à la Télévision numérique terrestre (TNT) et la généralisation des contenus numériques. Deux aspects du Programme d’actions du gouvernement (PAG 2016-2021) qui obligent les médias à produire des contenus de qualité pour s’imposer dans le paysage médiatique. « Avec la télévision numérique, nous allons pouvoir montrer des images HD et des contenus attractifs. A travers cette formation, nous donnons l’opportunité à l’ensemble des chaînes publiques et privées béninoises [de pouvoir répondre à cette exigence]. Dans le cadre de la migration vers la TNT, c’est important de pouvoir améliorer les contenus et de diversifier les sujets », insiste Serge Adjovi, Directeur général de l’ADN.

Pour son passage à la TNT, le Bénin a choisi la norme la plus récente, MPEG4 HEVC, qui présente des avantages technique, économique et un meilleur choix social pour le bénéfice des populations. Elle couvre déjà 95% de la population et va être lancée très prochainement.

Michaël Tchokpodo, Bénin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *