Enseignement à distance : des solutions régionales intégrées pour la CEDEAO

Yawa Tségan, Présidente de l'Assemblée nationale du Togo (milieu). A sa droite, Sidie Mohamed Tunis, Président du parlement de la CEDEAO

(Cio Mag) – La pandémie du Coronavirus aura stimulé des réflexions à tous les niveaux pour plus de résilience en cas de futures crises. A Lomé ce mardi 17 novembre, la commission mixte éducation, science et culture / télécommunication et technologie de l’information / affaires politiques, paix, sécurité et NEPAD / affaires juridiques et droits de l’homme / infrastructures du parlement de la CEDEAO tient une réunion délocalisée sur le thème : « la CEDEAO à l’ère de la COVID-19 et au-delà : mettre l’accent sur les technologies de l’information et de la communication pour la promotion de l’enseignement à distance et la formation dans les Etats membres ».

Jusqu’au 21 novembre, les parlementaires de la CEDEAO auront à travailler sur des propositions à formuler aux Etats pour garantir un accès à Internet à tous les acteurs de l’éducation de l’espace communautaire. La crise du Coronavirus a révélé la fragilité des systèmes éducatifs. L’enseignement à distance c’est alors imposé comme l’alternative viable de résilience face à de pareilles crises. C’est pour cette raison que le parlement communautaire se propose de doter les pays de mécanisme de vulgarisation de l’enseignement à distance. La réunion de Lomé abordera donc les enjeux d’une telle transformation. Les travaux seront guidés par trois impératifs : la disponibilité et l’accès à Internet, la disponibilité des équipements de connexion et la production de contenus de qualité.

Plusieurs thèmes seront au menu de la réunion délocalisée de Lomé. « L’enseignement à distance en temps de Covid-19 : contraintes et perspectives, quels enseignements de l’expérience française pour l’Afrique de l’Ouest » ; « rôle des TIC dans le développement de l’éducation ouverte et à distance : réalisations, perspectives et défis à l’ère de la Covid-19 » ; « Etat de mise en œuvre des instruments juridiques de la CEDEAO en matière d’éducation et de formation à distance dans les Etats membres : rôle du Parlement de la CEDEAO dans l’appui aux institutions ».

Un appel à des solutions régionales intégrées

Avec l’aide de spécialistes, les parlementaires feront le point des pratiques dans la communauté. Ils analyseront les mécanismes susceptibles d’être partagés par l’ensemble des Etats. La démarche vise la mutualisation des moyens mais aussi des expertises. Le Togo par exemple partagera avec la commission son expérience dans la gestion de son système éducatif en cette période du Coronavirus. L’hôte de la réunion, la Présidente de l’Assemblée nationale togolaise, Yawa Tségan a appelé à la recherche de solutions intégrées par la mutualisation des ressources pour faire face aux défis des Etats. Pour elle, il s’agit « de rendre attractif le système éducatif des Etats, d’offrir des enseignements de qualité aux apprenants ». Yawa Tségan a fait observer que cela passe non seulement par la disponibilité d’Internet et des équipements mais aussi par les réformes éducatives en reformulant les méthodes d’ enseignement, d’évaluation, et donc de reconnaissance des diplômes. Là aussi, le parlement de la CEDEAO devra être « une force de proposition aux Etats », a souligné la Présidente de l’Assemblée nationale togolaise.

L’enseignement à distance par les TIC appelle « à investir massivement dans les infrastructures technologiques et éducatives », a insisté la présidente Tségan.

Ces problématiques feront l’objet des cinq jours de travaux de la commission mixte. Le Président du Parlement communautaire, Sidie Mohamed Tunis a rappelé que le défit, c’est de « garantir un accès à l’éducation à tous dans un environnement numérique inclusif ». II a appelé à porter une attention particulière aux plus vulnérables et aux zones reculées. « Environ 90% de la population estudiantine mondiale a été touché par la fermeture des écoles dont 99% dans les pays à revenus moyens ». Une réalité qui appelle à la recherche de solutions de résilience que les TICs peuvent permettre de déployer. Sidie Mohamed Tunis espère qu’à l’issue de cette réunion de Lomé, le parlement de la CEDEAO formulera des propositions concrètes aux Etats. Ceci, dans le but de « garantir un environnement d’apprentissage véritablement numérique, avec un accès sans entrave à Internet ».

L’expertise togolaise annoncée

Le ton des réflexions, peut-on le dire, a été donné par l’intervention de la ministre togolaise de l’Economie numérique, Cina Lawson. Dans un diagnostic sans complaisance, elle a appelé les parlementaires à se projeter au-delà de la nécessité de la disponibilité d’Internet. La ministre Cina Lawson a, en exemple, cité les réflexions en cours au Togo pour un environnement globalement propice à l’éducation à distance à travers la mise en place des infrastructures nécessaires à la sécurité des équipements, la nécessité de doter les zones reculées d’énergies etc… Son homologue de l’enseignement supérieur et technique, Majesté Ihou Wétaba quant à lui a évoqué la nécessité de réorganiser les systèmes éducatifs pour les adapter aux besoins avec les moyens dont disposent les Etats. «

En sommes, Lomé devra être le point de départ d’une transformation profonde des systèmes éducatifs de la CEDEAO, avec un accent particulier sur le rôle des technologies de l’information et de la communication.

 

Souleyman Tobias, Lomé

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here