« Et si on parlait numérique ? », une rencontre bimestrielle avec les acteurs du numérique

Le Directeur de l'ANSSI, Ouanilo Medegan Fagla, entouré des journalistes au terme de la rencontre

Au Bénin, le Ministère du numérique et de la digitalisation a initié une rencontre périodique entre les acteurs de l’écosystème numérique et les journalistes spécialistes du secteur. « Et si on parlait numérique ? » se veut un creuset d’échanges entre les deux parties sur les réformes, les prouesses et la vision dans le secteur du numérique au Bénin.

(CIO Mag) – Pour le premier numéro, c’est le Directeur de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), Ouanilo Medegan Fagla, qui était au contact des professionnels des médias ce jeudi 29 juillet à Cotonou. Actualité oblige, il a évoqué le classement du Bénin dans le rapport 2020 du Global Cybersecurity Index (GCI) et a exposé les piliers de l’enracinement de la cybersécurité au Bénin.

A plusieurs égards, 2016 a été un tournant décisif dans la relance de la transformation numérique du Bénin. A partir de cette période, la vision a été de faire du pays, la plateforme des services numériques en Afrique de l’ouest. Cette dynamique est donc à l’origine de la mise en place d’un dispositif conséquent de sécurisation du cyberespace béninois.

Côté règlementaire, il y a eu le vote et la promulgation de la loi n°2017-20 portant code du numérique en République du Bénin. Sur les volets institutionnel et organisationnel, il y a eu la création de l’ANSSI, le bjCSIRT qui est l’équipe gouvernementale de réponse aux incidents de sécurité informatique ; et l’élaboration et l’adoption de la stratégie nationale de sécurité numérique.

Selon le classement 2020 du Global Cybersecurity Index, le Bénin est classé 6e sur 44 pays en Afrique. Cet indice de l’Union internationale des télécommunications (UIT) analyse l’engagement des Etats en matière de cybersécurité et la sensibilisation de leurs populations. Plusieurs facteurs militent en faveur de la progression du Bénin : le renforcement des capacités de différents acteurs dont les magistrats et l’admission du bjCSIRT au sein du Forum mondial des équipes de réponse aux incidents de sécurité informatique (FIRST). L’ANSSI qui s’attèle aussi à la sensibilisation, a obtenu le statut de membre observateur de la Convention de Budapest sur la cybercriminalité.

Au terme de ces développements, les journalistes ont formulé des suggestions et souhaité que l’initiative se pérennise. De quoi leur permettre de maîtriser le jargon du secteur, et être bien outillés pour mieux informés les populations. Rendez-vous est donc pris dans deux mois pour le deuxième numéro de « Et si on parlait numérique ? » sur une autre thématique et avec une autre personne ressource.

Michaël Tchokpodo, Bénin

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE