Internet : le Togo a désormais un point d’échange local

0
2405
Photo de famille après l'inauguration et la signature des accords.

Les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) du Togo et les opérateurs télécoms ont désormais un point d’échange Internet. Le Point d’Echange Internet (IXP) est officialisé jeudi 15 juin 2017 à Lomé. 48h après l’adoption des lois relatives à la société de l’information et aux transactions électroniques, le lancement de l’IXP est un pas décisif de plus dans la mise en place des infrastructures pour booster l’économie numérique du Togo.

(CIO Mag) – L’impact directe de la mise en place du point d’échange internet entre FIA et opérateurs télécoms, c’est entres autres, l’optimisation de l’utilisation de la connectivité Internet international ; la réalisation d’économie d’échelle sur l’utilisation de la bande passante ; l’amélioration de la résilience réseaux et la réduction des coûts d’accès et l’augmentation du taux de pénétration, d’utilisation de l’Internet par les populations.

Avec ce point d’échange, le Togo dispose de quoi permettre aux FIA d’échanger du trafic local entre leurs réseaux, de manière autonome grâce à des accords mutuels. Il est hébergé au centre de gestion des ressources réseau de l’e-gouvernement (en attendant la construction effective du centre d’hébergement de données, carrier hotel).sa gestion est assurée par l’association « Togo Internet Exchange Point » (TGIX). Son rôle, s’assurer que les FIA offre un Internet de qualité aux usagers, avec comme vision, des infrastructures d’interconnexion neutres et la promotion du développement des contenus locaux.

« Le point d’échange est un pilier du renforcement de la connectivité sur notre territoire. C’est une composante incontournable pour optimiser les coûts et améliorer la qualité du réseau internet de notre pays », a insisté le ministre de l’Economie numérique et des Postes, Cina Lawson.

La convention signée par les fournisseurs d'accès internet (FAI).
La convention signée par les fournisseurs d’accès internet (FAI).

Fin du transit électronique

Ce qui va changer, c’est aussi le fait que les communications électroniques ne devront plus transiter par l’international. Avant la mise en place de ce point d’échange, les communications électroniques entre abonnées de deux différents opérateurs, même si elles sont émises au Togo, devraient passer obligatoirement par l’international avant de revenir au Togo. Idem pour les plateformes web hébergées au Togo dont les accès transitaient d’abord par l’extérieur.

Le point d’échange entre les opérateurs vient mettre fin à ce trajet, tout en permettant donc une fluidité et une rapidité des échanges. Ce qui sans nul doute fait gagner en temps et en coûts. C’est pourquoi, le ministre Cina Lawson a invité les deux nouveaux fournisseurs d’accès Internet – GVA et TEOLIS) a rejoindre la TGIX afin de bénéficier eux aussi des avantages de cet accord.

Toutes ces infrastructures, tant physiques que législatives, visent à promouvoir l’économie numérique au Togo. Elles permettront de répondre à la demande de plus en plus croissante d’accès à Internet. « A terme, nous souhaitons qu’aucun togolais ne soit à plus de 5km d’un point d’accès Internet haut débit. » Un objectif qui a amené le Togo a adhéré au programme WARCIP-Programme Ouest-Africain de développement des infrastructures de communication- financé par la Banque Mondiale à hauteur de 30 millions de dollars US. Un programme dont l’une des réalisations phares restera donc ce point d’Echange Internet. La Banque Mondiale, par la voix de sa Représentante-résidente au Togo, Mme. Joelle Businger, s’est réjoui que « le Togo soit sur la bonne voie en appréhendant déjà certains enjeux essentiels relatifs à la société de l’information ».

Même satisfaction du côté de l’association ISOC-Togo. Car, selon son président Norbert Glakpe l’IXP « c’est une opportunité pour tous les usagers. Cela à un impact direct de l’utilisation de l’Internet de tous les jours ». ISOC-Togo espère voir la communication revenir moins cher, avec une meilleure fluidité et les opérateurs de téléphonies tirer profit de ce point d’échec… « C’est de l’économie numérique directe », s’est réjoui Norbert Glakpe.

Un point d’échange opérationnel

Même si le point d’échange n’est officialisé que ce 15 juin, Mayeki Ali-Kpohou, coordonnateur WARCIP-Togo confirme que les FIA échangent déjà du trafic et que « tous les données qui n’ont rien à faire à l’international sont conservées. Nous avons des statistiques qui montrent clairement que le point d’échange est opérationnel et les quatre opérateurs commencent déjà par dégager de l’économie. » Pour lui, l’association TGIX doit maintenant engager des démarches vers les OTT -les grands noms de l’Internet, Google, Facebook, Skype…- à avoir un coin de présence sur le point d’échange Internet. « Les utilisateurs togolais utilisent beaucoup les réseaux sociaux…, si nous avons une présence de tous ces opérateurs de contenus sur le point d’échange, les requêtes vers ces opérateurs ne se feront pas vers l’international mais vers des serveurs hébergés localement sur le point d’échange. »

Ce que compte faire l’association TGIX. Le président du Conseil d’Administration, Balakiyem Telou compte sur la bonne qualité des coûts, avec l’hébergement local des serveurs. Ce qui va aussi, selon lui, faire diminuer coût du fait de la diminution des frais d’exploitations des opérateurs et des FIA. L’association va faciliter l’échange de trafic. Elle compte par exemple inciter des universitaires et organismes à venir mettre en place des politiques d’hébergement au Togo.

Il faut dire que ce point d’échange a été construit par l’entreprise CFAO Technologies. Les travaux avaient démarré le 15 février 2017. Une infrastructure qui permet de renforcer la connectivité au Togo. De quoi dire que l’autoroute de la transformation numérique et de l’économie numérique du pays continue de s’élargir.

Souleyman Tobias, Lomé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here