La Chine vers la surveillance de masse par le Big data

0
982

(Cio Mag) – Le gouvernement chinois veut prévenir les crimes par l’analyse des données des populations et par la vidéosurveillance de masse. L’information annoncée il y a une semaine est reprise par plusieurs médias, dont Mashablefrance24. Le site qui traite des actualités des médias sociaux révèle les détails de ce plan de lutte contre la criminalité avec l’intelligence artificielle.

Si la Chine est considérée comme le pays où les cameras sont partout même dans les toilettes, elle n’est pas loin de s’arrêter. Jeudi 20 juillet dernier, le gouvernement a annoncé des tests en cours sur un modèle de prévention des crimes par l’intelligence artificielle. Le projet sera déployé d’ici 2030, révèle notre source.

Pour le gouvernement chinois, il s’agit de devenir leader dans le secteur de l’intelligence artificielle. Seulement, au nom de la sécurité nationale, les autorités chinoises prévoient arrêter les futurs présumés coupables. Ce qui voudra dire qu’une personne peut être arrêtée sur la base des soupçons issus des données analysées à partir de la surveillance de masse. Un peu comme dans la série américaine ‘’Person of Interest’’. Et puis, le projet est développé en partenariat avec l’entreprise Cloudwalk.
La Chine, bon élève des Etats-Unis ?
La surveillance de masse par les cameras de surveillance est une vieille pratique aux Etats-Unis d’Amérique. En 2015, L’Observateur titrait un de ses articles : « Aux Etats-Unis, la police prévoit les crimes par ordinateur. » Sont mis en contributions, logiciels et ordinateurs. Des mesures qui sont bien souvent le fruit d’une collaboration entre de grandes firmes et les autorités politiques, judiciaires ou en charge de la sécurité. Mais dans le cas américain, une attention particulière est portée sur l’usage des données individuelles.
La Chine qui rentre dans cette logique compte utiliser la reconnaissance faciale et l’analyse de comportement pour détecter les futurs supposés criminels. Ces données seront croisées avec la base des données de la police. Ce qui ressortirait le ‘’taux de risque de crime pour chaque ‘’individu. La procédure prévoit l’usage de données personnelles. Avec les susceptibles beug et éventuelles erreurs de l’intelligence artificielles, la mesure de la Chine inquiète déjà des associations de défense des Droits de l’Homme.
Déjà, la Chine dispose de près de deux cent millions de caméras de surveillance. Mais le géant asiatique ne semble pas être préoccupé par ses détracteurs. Il compte désormais devenir le numéro 1 mondial dans l’usage de l’intelligence artificielle pour assurer la sécurité de  ses populations et de son territoire.
Souleyman Tobias

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here