Parcelles assainies : un présumé couple de cybercriminels nigérians arrêté pour escroquerie sur Facebook

0
277

(CIO Mag) – Des éléments de la brigade de gendarmerie de la Foire, un quartier à Dakar, ont déféré au parquet un présumé couple de cybercriminels de nationalité nigériane. Très actif sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, le couple Kingsley James et Ifoéna Juliette Akpas a été arrêté à la suite d’une plainte des sœurs d’une chapelle basée à Dakar, dont ils avaient utilisé les photos pour soutirer de l’argent à des utilisateurs de Facebook, sous le prétexte d’œuvres caritatives. Il ressort de l’accusation que le couple a créé une page Facebook dans laquelle il postait les photos de ces sœurs, et faisait croire aux internautes bienfaiteurs que ces dernières sont à la recherche de fonds pour venir en aide aux fidèles démunis.

Pour avoir le coeur net, l’une des victimes a fait appel aux services de la gendarmerie, qui a mis à contribution le frère de l’une de la plaignante qui se trouve aux Etats-Unis. Ce dernier qui s’est présenté comme étant un généreux donateur, avait, après avoir contacté le couple, mandaté sa sœur pour les rencontrer afin de s’assurer de leur crédibilité. Après quoi, il transférerait les fonds. Des conditions acceptées par Kingsley James et Ifoéna Juliette Akpas. Rendez-vous est donc pris le 1er avril 2017, à midi, en face de la brigade de gendarmerie de la Foire. Comme convenu, Kingsley James et Ifoéna Juliette Akpas, en état de grossesse, se retrouvent au lieu du rendez-vous avec la dame en question qui, après échange, a subitement fait signe aux gendarmes qui ont aussitôt mis la main sur le couple.

En 2016, 313 infractions ont été constatées. Entre autres délits, arnaque, pédophilie, chantage sexuel, usurpation d’identité. Autant de désagréments vécus par des internautes sénégalais. Dans la lutte contre le phénomène, la brigade spéciale de la lutte contre la cybercriminalité a mis la main sur 170 individus l’année écoulée. Son chef, le lieutenant Amidou Barka Ba, appelle à plus d’attention : « Nous demandons aux Sénégalais de faire attention avec les réseaux sociaux. Ils doivent saisir en cas de tentative d’arnaque ou harcèlement la division des investigations criminelles (DIC), pour réduire les risques. » Son appel semble porter ses fruits avec l’interpellation de ces présumés cybercriminels.

Joe Marone

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE