Paul Biya : « La société digitale qui s’annonce n’attendra pas les retardataires»

0
698

(CIO Mag) – Le 31 décembre 2018, le traditionnel message des vœux du président Paul Biya à ses compatriotes a touché presque tous les secteurs de la vie nationale, dont l’économie numérique qui a retenu l’attention de plus d’un Camerounais.

Le président Biya a déclaré qu’« il est indispensable que nous fassions davantage pour intégrer le numérique au fonctionnement de nos services publics et de notre économie. La société digitale qui s’annonce n’attendra pas les retardataires ».

Une phrase forte. De l’avis de Armand Claude Abanda, représentant-résident de l’IAI Cameroun qui conduit le programme MIJEF 2035, elle veut dire que « des efforts ont été faits mais pas assez dans l’action des administrations publiques, où Paul Biya est également resté attaché à l’action et à la formation des jeunes et des femmes. A u niveau de l’IAI, ça nous réconforter bien parce que  nous avons un programme de formation d’un million de jeunes, d’enfants et de femmes. Il est aujourd’hui à prés de 180 mille personnes. Si l’on ajoute les 103 300 femmes formées dans l’opération, nous sommes à presque 300 mille personnes formées à travers le territoire national au TIC ».

La digitalisation des administrations publiques consiste en des changements opérés dans les différents services grâce aux TIC. C’est une opportunité à saisir pour renforcer l’efficacité des services. Cette innovation simplifie les relations avec les usagers, elle a indéniablement permis des progrès très considérables en contribuant à une diffusion plus rapide et sans limite des informations. D’où l’interpellation du président Paul Biya dans son discours de fin d’année à ses compatriotes.

Le gouvernement, à travers certains programmes portés par le ministère des postes et télécommunications, accompagne de nombreuses administrations dans la transformation numérique et la vulgarisation des TIC. L’opportunité du projet MIJEF 2035 parrainé par la première dame Chantal Biya en est une illustration qui a pour objectif de former un million de jeunes, enfants et femmes à l’horizon 2035.

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here