Sécurité-défense : le français Deveryware encore plus intéressé par l’Afrique de l’Ouest

Image d'illustration

Présente à Dakar depuis l’ouverture d’une filiale en 2010, la société française Deveryware veut renforcer son ancrage en Afrique de l’Ouest. Experte des technologies d’investigation et de sécurité globale, Deveryware est à Abidjan pour proposer ses services.

(Cio Mag) – L’Afrique de l’Ouest est un terrain stratégique pour Deveryware. C’est David Boisseau, le directeur export du Groupe, qui l’affirme. « Notre souhait, ajoute-t-il, est d’accompagner les institutions issues de la sous-région à relever leurs défis sécuritaires grâce à des dispositifs novateurs, qui répondent aux enjeux de demain de manière concrète. »

Pour ce faire, Deveryware participe au salon Shield Africa 2021 dédié aux enjeux de sécurité et défense. Du 8 au 10 juin, à l’Ecole de police d’Abidjan, l’entreprise proposera ses services aux acteurs africains désireux de répondre efficacement aux défis sécuritaires du continent, a appris Cio mag.

Depuis plus d’une décennie, Deveryware s’aventure sur le marché africain de la sécurité et de la défense. Ses solutions vont de l’investigation judiciaire et numérique aux plateformes de géolocalisation en temps réel, en passant par la cybersécurité, la lutte contre la fraude, la gestion de crise, les communications d’urgence et l’analyse dédiée à l’enquête.

Pour rappel, l’intérêt de Deveryware pour l’Afrique de l’Ouest s’est traduit en 2010 par l’ouverture d’une filiale au Sénégal. Où le Groupe collabore avec de nombreuses organisations locales : à travers sa filiale Tracip, l’entreprise assure un programme de formations auprès de l’Ecole nationale de cybersécurité de Dakar (ENVR). Deveryware vient également de nouer un partenariat avec le laboratoire clinique et de recherche Sequence Africa, basé à Abidjan.

A l’Ecole de police de Côte d’Ivoire, elle aura l’occasion de présenter des solutions Covid développées par la filiale Tracip, en partenariat avec la Gendarmerie nationale française.

Anselme Akéko, Abidjan

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE