Sénégal : l’enseignant-chercheur Alex Corantin ne s’attend pas à une vraie concurrence avec les trois nouveaux FAI

0
330
Alex Corantin, enseignant-chercheur à l'ESP de Dakar.

(CIO Mag) – Lors du lancement officiel des trois nouveaux Fournisseurs d’Accès Internet que sont Arc Informatique, Waw et Africa Access, l’on avait beaucoup évoqué la possible réduction des tarifs d’Internet. Seulement, de l’avis de Alex Corantin, il ne faudrait surtout pas s’attendre à grand chose. « La difficulté que je vois à une baisse des tarifs, c’est que ces trois FAI interviennent dans des secteurs tout à fait différenciés et dans des zones géographiques qui leur sont allouées. Ils ne se font donc pas une réelle concurrence », analyse l’enseignant-chercheur à l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de Dakar dès lors que le citoyen ne peut choisir « le FAI qui lui correspond en fonction des services qui lui sont affectés ».

Aucune illégalité dans la limitation des FAI à trois

Invité de la radio privée RFM, Monsieur Corantin a aussi commenté la sortie de l’association des usagers des TIC (ASUTIC) qui fustige la limitation des Fournisseurs d’Accès Internet en question en trois, violant de fait les textes de communautaires. « Les textes de la CEDEAO et de l’UEMOA sont des textes communautaires qui, généralement, fixent des orientations. Ils demandent la libéralisation des secteurs, mais donnent à chaque Etat quand même la possibilité de les intégrer dans son contexte juridique de la manière qui lui sied le mieux en répondant à son contexte », explique l’un des rédacteurs du code des télécommunications du Sénégal de 2001.

Le blocage des OTT, ce n’est pas du tout envisageable

Le Sénégal penserait-il à restreindre l’accès aux applications telles que Skype, WhatsApp ou encore Viber et qui font une véritable concurrence aux opérateurs classiques. Quelle que soit l’option à retenir à l’issue des travaux, Alex Corantin prévient que « ce serait remettre en cause un des principes fondateurs de la neutralité du Net ». Les Etats-Unis l’ont fait pourtant, lui rétorque-t-on. Seulement, l’enseignant-chercheur considère que « Les Etats-Unis ne sont pas un modèle à mon avis », pointant Donald Trump du doigt « protectionniste d’une certaine manière et faisant tout pour gérer ces problématiques ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here