Sommet Transform Africa : trois chefs d’Etat appellent à une réelle transformation du contient par le numérique

0
2895
G-d : Uhuru Kenyatta, Paul Kagamé et Ibrahim B. Keita, présentant le plan directeur de l’économie numérique du Keyna. Photo : Smart Africa.

(Cio Mag) – Le Sommet Transform Africa (Tansform Africa Summuit) a été officiellement ouvert ce 15 mai 2019 à Kigali au Rwanda. A ce rendez-vous, les décideurs et acteurs de l’écosystème numérique du continent ont réfléchi à la manière de faire profiter le continent de la révolution numérique. Le sommet Transform Africa a lancé le débat sur les enjeux de la transformation réelle de l’Afrique avec le numérique comme levier. Organisée par Smart Africa, la rencontre ‘’Tansform Africa Summuit’’ a été aussi précédé par le premier conseil des ministres de l’économie numérique de l’alliance.

Des appels au sommet des Etats

« Nous sommes des innovateurs et des penseurs. Ne soyons pas des consommateurs passifs de ce qui vient d’ailleurs » ! Cet appel du président Paul Kagamé à l’ouverture officielle mercredi du sommet Tansform Africa Summuit’’ est un signal fort lancé à tout le continent de croire en ses innovations. A l’instar de ce qui se passe au Rawanda ou ailleurs sur le continent, Paul Kagamé a rassuré que l’Afrique à ses propres innovations, ses produits à vendre, son histoire à raconter. « Nous sommes à l’ère de l’économie numérique, l’Afrique ne peut se permettre d’être laissée pour compte », a martelé le président rwandais.

Aux côté de Paul Kagamé, deux autres chefs d’Etat africains. Le kenyan Uhuru Kenyatta et Ibrahim Boubacar Keita du Mali. Si pour le malin Keita, il faut que « l’Afrique saisisse sa chance à travers l’innovation numérique » ; le kenyan Kenyatta a appelé à « éliminer les obstacles qui empêchent l’Afrique à tirer pleinement parti de notre avenir numérique ». A ce sommet, le schéma directeur de l’économie digitale du Kenya a été officiellement lancé. Une proposition une transformation numérique sur cinq piliers qui pourrait inspirer d’autres pays du continent.

Compter sur ses propres ressources

« Tout ceux dont nous avons besoin pour la transformation de l’Afrique est dans cette salle », a déclaré Paul Kagamé à l’assistance mercredi à Kigali. De quoi inviter le continent à croire en lui-même et en ses ressources. Le président malien, IBK n’en veut pour preuve que les trois maliens travaillant dans la Sillicon Valley. « Peut être prochainement, seront-il 100 », s’est-il demandé. Un exemple qui prouve combien l’Afrique a des talents à valoriser. Pour le Vice-président de la banque mondiale, Makhtar Diop, « investir dans le capital humain est une stratégie payante, mais il ne suffit pas d’avoir un plan ; il faut l’exécuter ». Invité spécial du magazine n°57 de Cio Mag, Makhtar Diop était déjà revenu sur l’engagement de la Banque Mondiale dans les appuis budgétaire pour le digital et l’initiative Digital Moonshot Africa. « La question du digital occupe une place prépondérante dans tous les pays émergents d’Afrique », avait-il déclaré.

La formation du capital humain implique la modernisation des systèmes éducatifs. « En matière de transformation numérique, la première chose à prendre en compte est l’éducation. Nous modifions nos programmes pour préparer nos futurs travailleurs aux emplois créés par les technologies numériques », a cité en exemple le président Uhuru Kenyatta. L’enjeu, c’est de s’assurer une transformation économique et la prospérité. Et cela nécessite la maîtrise de la technologie, a rappelé Paul Kagamé. « Le moment est venu de mettre en place les infrastructures et compétences nécessaires en Afrique », a ajouté le président du Rwanda.

L’hôte de la sixième édition du sommet Transform Africa sera la république de la Guinée, a annoncé la présidence rwandaise.

Souleyman Tobias

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here