TIC – Emerging Valley : 1 000 personnes attendues pour la seconde édition

0
519

La seconde édition d’Emerging Valley s’est tenue à Marseille, le mardi 20 novembre 2018. Cette année, la dimension sociale des acteurs du numérique a été mise en avant. Le pari est réussi pour Samir Abdelkrim, fondateur de Startups Lions.

(CIO Mag) – A proximité du Vieux port de Marseille, plusieurs centaines de personnes se sont réunies dans l’hôtel du Pharo pour débattre ensemble des opportunités qu’offre l’émergence croissante du numérique sur le continent africain. “Pour nous, il est important de saisir les opportunités et de faire en sorte que Marseille devienne un point central des échanges entre l’Europe et l’Afrique. En tant qu’entrepreneur, nous y croyons car c’est aussi une zone dans laquelle nous devons prospecter”, nous a expliqué un entrepreneur de la région venu spécialement pour l’occasion.

Pour la seconde édition, Samir Abdelkrim a placé la barre très haut. “Cette année, plusieurs invités de marque se sont déplacés comme Jacques Henri Eyrault, le directeur général de l’Olympique de Marseille. C’est une marque de confiance dont je suis fier”, explique Samir Abdelkrim. Il faut dire que la présence du patron de l’OM ne doit rien au hazard : “L’Afrique apporte déjà beaucoup à l’Europe. Dans le domaine du football, 25% des joueurs professionnels en France sont Africains. En sport, ils performent autant que dans les startups. C’est pourquoi l’Olympique de Marseille organise chaque année un concours pour récompenser les meilleures startups”, explique Jacques Henri Eyrault, président du club. L’an dernier, le club a ainsi réçu 260 candidatures dont un grand nombre qui venaient du continent africain.

StartupBrics : premier projet labellisé “Digital Africa”

C’est une fierté pour Samir Abdelkrim. Emerging Valley est le premier événement labellisé “Digital Africa”. En clair : un partenariat a pu être scellé avec l’Agence française de développement à travers le programme d’accélération pour les startups africaines intitulé “Social and Inclusive Business Camp” qui a été présenté à l’hôtel du Pharo.  Les startups sélectionnées à ce programme pourront ainsi bénéficier d’un accompagnement de l’AFD. Lors du dernier événement VivaTech à Paris en mai dernier, Emmanuel Macron avait dévoilé le nouveau dispositif d’accompagnement pour les startups africaines.

Une enveloppe de 65 millions d’euros a été mise en place pour financer les startups les plus prometteuses du continent africain. Le nouvel élan de Paris pour les innovations africaines devrait se poursuivre dans les prochaines semaines avec l’émergence de nouveaux fonds d’investissements privés à l’égard des startups du continent africain.

A travers le label “Digital Africa”, la France s’active

Pour Paris, c’est l’ensemble des acteurs économiques français qui doit être mobilisé pour renforcer l’influence économique française sur le continent africain. Il s’agit aussi de rendre accessible ces événements en les délocalisant dans des villes stratégiques de province. Un choix qui fait sens aux yeux de Samir Abdelkrim : “C‘était logique de créer cet événement à Marseille. Ça fait partie de l’ADN de la ville, de part son histoire, sa géographie sa population. Il était évident que Marseille devait constituer un pont entre l’Europe et l’Afrique”, dit-il.

Un appel qui a été entendu par les autorités locales qui ont marqué cet événement de leur présence.  Car Emerging Valley, s’il permet de placer la ville de Marseille sur la carte des échanges stratégiques entre l’Europe et l’Afrique sur le numérique, ne cesse de voir sa notoriété grandir. Pour la seconde édition, une centaine de startups africaines ont fait le déplacement provenant également de pays anglophones.

La France souhaite par ailleurs y étendre son influence. Mais les intérêts pour ces économies émergentes sont aussi croissants partout dans le monde. Selon Stephen Ozoigbo, directeur associé à Lions@frica  basé dans la Sillicon Valley, plusieurs investisseurs américains seraient en train de finaliser le montage d’une opération de levée de fonds à destination du Nigeria pour un montant qui devrait avoisiner les 2 milliards de dollars dans les prochaines semaines. La concurrence est donc très rude et la France est prévenue.

Rudy Casbi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here