Togo : un cadre plus adapté pour l’ARCEP

0
3636
Le premier ministre du Togo inaugurant le siège de l’ARCEP. A ses côtés, la ministre Cina Lawson.

(Cio Mag) – Le siège de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP) du Bénin a été inauguré, mercredi 7 Août 2019 à Lomé au Togo. Après 60 mois de travaux, le nouveau cadre du régulateur est prêt à accueillir son personnel ; de même que celui de l’agence nationale du spectre des radiofréquences (ANSR). 2,2 milliards de francs cfa pour doter le régulateur togolais de ce cadre de travail afin d’« améliorer les mécanismes de fonctionnement et de gouvernance de l’organe de régulation pour une nouvelle dynamique dans le secteur de TIC », s’est félicitée Cina Lawson, ministre des Postes, de l’économie numérique et des innovations technologiques lors de la cérémonie d’inauguration du bâtiment aux côtés du premier ministre togolais.

Un régulateur plus performant

Nouveau siège de l’Arcep-Togo

Le nouveau cadre du régulateur est un bâtiment de sept niveaux construit sur une superficie totale de 6200m2, avec une emprise au sol de 1100m2. Il entre dans le projet du renforcement de ses capacités institutionnelles et techniques. Il participe surtout à « améliorer l’environnement de travail avec un cadre plus moderne et des installations techniques adaptés aux défis de l’heure », s’est réjoui Abayeh Boyodi, directeur général de l’autorité de réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications (ART&P).

Les missions assignées à l’ARCEP traduisent « les ambitions qu’affiche le Togo à l’ère où le numérique revêt une importance de plus en plus croissante », a fait observer la ministre Cina Lawson. Ces missions visent, entre autres, « à permettre au pays de tirer un meilleur profit des évolutions technologiques ; d’anticiper les évolutions futures et de soutenir le développement économique du pays », a-t-elle ajouté.

Le renforcement technique et institutionnel du régulateur était nécessaire pour la gouvernance efficace du secteur. De cette bonne gouvernance découlera l’accélération de l’investissement dans les TIC notamment par le secteur privé. Condition sine qua non pour consolider les acquis du pays en termes d’infrastructures d’innovations et de compétence digitale.

L’ARCEP, symbole d’une mutation institutionnelle

Créée en décembre 2012 par la loi sur les communications électroniques, l’ARCEP a vocation à permettre au Togo de répondre aux mutations qui s’opèrent dans le domaine des TIC. Appelée à se substituer à l’ART&P, elle devra être dotée davantage de moyens techniques pour « mieux répondre aux enjeux et défis pour un marché ouvert et concurrentiel dans le secteur des télécommunications au Togo ».

Selon son plan national de développement 2018-2022, le pays ambitionne de faire des TIC un levier de modernisation de son économie, du développement de sa société. Ce qui implique des réformes institutionnelles, justifiant la création de l’ARCEP, en plus de la modernisation de l’arsenal juridique du pays.

Souleyman Tobias, Lomé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here