UAE : le nouveau point central de la tech mondial ?

  • CIO MAG Par CIO MAG
  • 11 novembre 2021
  • 0
  • 366 Vues

Les entreprises tech mondiales ne masquent plus leurs intentions de nouer des partenariats durables avec les Emirats Arabes Unis. Certains même n’hésitent plus à y déposer leurs bagages pour y développer leur start-up malgré les contraintes qu’ils peuvent rencontrer et bien que les Emirats peuvent constituer une porte pour des investissements dans les pays émergents.

(Cio Mag) – Dubaï veut devenir le plus grand hub tech mondial et être un grand carrefour de ce business dans ce domaine. C’est l’objectif clairement annoncé du GITEX. « Plus de 40 entreprises ont fait le déplacement. C’est bien évidemment une fierté et l’objectif est de tisser des relations durables entre les entreprises de notre pays et les investisseurs émiratis », indique Christian Pinault, fondateur d’International Booster.

Parmi les secteurs qui intéressent le plus les fonds d’investissements émiratis et les partenaires, c’est la Prop’tech : Immoshoot, fondée par Stéphane Ellia, qui propose de recenser toutes les données sur les biens immobiliers et les quartiers d’implantation ont choisi cette stratégie pour pénétrer ce marché potentiellement florissant. « Nous avons de très bons contacts dans cette région que nous priorisons pour notre développement à l’international », indique-t-il. Puis il poursuit: « Dans notre secteur, celui de l’immobilier, il y a de très grands groupes bien implantés comme Damac dont l’expertise est très appréciée avec une excellente connaissance de l’écosystème sur place », conclut-il. L’entreprise de Stéphane Ellia a même été approchée sur la base d’une valorisation à 400 millions d’euros pour l’ensemble des activités de son groupe par un fonds du Moyen-Orient bien que l’entreprise préfère travailler avec des partenaires locaux.

Dubaï, lieu fertile pour les projets à forte valeur ?

Aux UAE, plus de 80% de la population est étrangère. Et cette tendance ne devrait pas s’estomper malgré la crise. Plusieurs raisons expliquent cette tendance. La fiscalité y est relativement faible. Les prix des loyers y sont très modérés. Pour une villa en colocation, il faut prévoir en moyenne 400€ toutes charges comprises. Enfin, la diversité des ressources humaines que contient la France intéresse les Emirats au plus haut point dans un pays où 80% de la population est étrangère. Enfin, les opportunités de réseautage y sont croissantes. Selon les sites spécialisés, on recense pas moins de 200 événements, forums ou expositions dédiés au business à Dubaï et près de 400 sur l’ensemble des Emirats Arabes Unis dont une centaine dédiée à la Tech. Cela incite un grand nombre de Français à multiplier les allers-retours avec les UAE voire à s’y implanter.

Thierry De Boisvilliers et Michael Krollak, deux tricolores originaires d’Aix en Provence vêtus d’une belle tenue digne des cosmonautes des temps modernes et fondateurs de MACA, et concepteurs de Formule 1 volante fonctionnant entièrement à l’hydrogène ne masquent pas leur enthousiasme. « Nous avons conçu une voiture qui demain sera l’automobile de référence au niveau mondial car elle fonctionnera avec l’hydrogène. Nous mesurons notre valorisation potentielle à 1 milliard de dollars d’ici les dix prochaines années. Et clairement, c’est une fierté pour nous de démontrer l’excellence française et notre vision dans cette région », indiquent-ils. S’il s’agit d’une vision trop futuriste pour certains, aux Emirats Arabes Unis, la grandeur est la norme.. Pour le plus grand bonheur des entrepreneurs français qui voient eux aussi les choses en grand.

France-Emirats Arabes Unis et.. Afrique ?

Si les UAE attirent autant de flux humains, c’est aussi parce que les UAE veulent constituer un nœud névralgique entre tout les continents, dont l’Asie et l’Afrique. Les formalités de visas y sont facilitées. Le coût de la vie y est peu élevée. Par ailleurs, les pays émergents y sont très mis en valeurs comme ce fût le cas au Gitex où une journée spéciale y avait été dédiée avec la présence de représentants venus d’Egypte, de Kenya ou encore de Tunisie. Il s’agit d’une réussite pour le GITEX, qui a accueilli plus de 100 000 visiteurs et dont la prochaine édition vient d’être annoncée pour le 9-13 octobre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *