Vague cybercriminelle mondiale : la situation devient stable selon Europol

  • 16 mai 2017
  • 0
  • 504 Vues

(CIO Mag) – L’assaut cybercriminel de vendredi dernier commence à baisser d’intensité. C’est en tout cas ce que fait savoir l’Office européen de police. Europol estime que la situation semble “stable” alors que la veille, l’organisation craignait que les conséquences de l’attaque ne s’aggravent en s’étendant à d’autres pays. Déjà, 200.000 victimes ont été enregistrées dans 150 pays. “Le nombre de victimes ne semble pas avoir augmenté et la situation semble stable en Europe, ce qui est un succès”, a révélé le porte-parole d’Europol à l’Agence France Presse repris par lemonde.fr. “Il semble qu’il y ait de nombreux responsables de la sécurité internet qui ont fait leur travail durant le week-end et procédé aux mises à jour des logiciel de sécurité”, poursuit Jan Op Gen Oorth. Même en dehors du territoire américain, on fait état d’un retour progressif à la normale. Nos confrères du Monde citent le conseiller en sécurité intérieure de Donald Trump, l’actuel occupant de la maison blanche qui annonce que “pour le moment, la situation est sous contrôle”.

Mais soyons clairs. La cyberattaque perpétrée à partir d’un “rançongiciel”, un logiciel de racket dont le mode opératoire consiste à progresser à partir du réseau et des fichiers corrompus, n’est pas encore carrément vaincue. Ce lundi, des hôpitaux britanniques tardaient encore à se remettre. Pendant le week-end, des rendez-vous ont été annulés. Situation encore difficile en France où le constructeur français Renault peine à redémarrer certains de ses services en raison de mesures “proactives de prévention”. De son côté, le patron de l’Agence nationale des systèmes d’information (ANSSI) a fait savoir sur France Inter qu’il y a eu d’autres victimes sans préciser lesquelles. Toutefois, le directeur général du garde du corps numérique de l’Etat français dit n’avoir aucune précision par rapport à la motivation des auteurs de la cyberattaque. Et il est à craindre que l’enquête appuyée par Europol ne donne pas de conclusions de sitôt tant sa complexité est grande.